Accéder au contenu principal

L'entourloupe Merkozy du "verbalement" correct, façon "Der Spiegel"

La droite Européenne est au chevet du candidat Sarkozy, en mal dans les sondages.
Déjà, nous avions pu constater l'affichage particulier de soutiens de responsables de droite ; cette fois dans un quotidien Allemand, nous devrions lire ce lundi, carrément, qu'une coalition européenne, toujours de droite bien sûr, contre François Hollande, est évoquée "verbalement".

Cela ne manque pas de sel, et comme le soulignait Cambadelis, porte parole de campagne du candidat PS, ça peut paraître "très rentable électoralement". Le magazine allemand "Der spiegel"  préciserait dans son magazine que la volonté de François Hollande que de renégocier une partie du traité européen, adopté sans le consentement des peuples européens ces derniers jours, avait choqué.

Une preuve de plus de la fébrilité et de la déconnexion de la réalité de ces dirigeants. Ont-ils conscience que ce sont ces manœuvres qui détournent les peuples. Nicolas Sarkozy ne prend pas en compte le désamour des français sur la question européenne.
Si une campagne présidentielle ne se gagne pas sur les questions internationales, le candidat essaye de "capitaliser" à partir de son action internationale. Il a lui même rappelé plusieurs fois qu'il était anormal que les parlementaires PS s'abstiennent sur le vote du nouveau traité, utilisant une fois de plus les plus basses manœuvres, des entourloupes, des tromperies.

Quand il déclare « Il m’est arrivé de voter des traités négociés par François Mitterrand : l’Acte unique, la monnaie unique … Le fait qu’il soit socialiste ne m’a pas empêché de considérer que, sur l’Europe, on devait faire un bout de chemin ensemble. »
Nicolas Sarkozy, le 27 février sur RTL
En réalité c'est faux, merci à ce site de le souligner, Nicolas Sarkozy n'a pas pu voter l'Acte unique à l'assemblée, il n'était pas encore député à ce moment là. Et le 12 mai 1992, lors du vote sur le traité de Maastricht, Nicolas Sarkozy s'est abstenu.
On peut donc dire beaucoup de bêtises, de contre-vérités, pour ne pas dire de mensonges, lorsqu'on utilise comme source d'informations le "verbalement". Le magasine "Der Spiegel" a au moins l’honnêteté de le souligner, c'est déjà ça.
Der spiegel est un magasine qui alimente souvent les controverses, à l'initiative de beaucoup de polémiques. Le socialiste Willy Brandt le qualifiait de Scheißblatt (littéralement feuille de merde). La revue a également publié des articles xénophobes anti-Italiens et anti-Polonais et publie régulièrement des articles anti-catholiques. Lors de la crise de la dette grecque, la revue a publié une couverture montrant un souvenir de Grèçe prêt à prendre feu avec la mention "From Greece with love"; surfant sur un sentiment anti-grecque très fort dans la population allemande.

En ce qui concerne cette pseudo-coalition, reste qu'une chose est sûre, le rapport de force au niveau européen est très largement favorable à la droite.

De ce point de vue là, la tâche sera difficile, mais n'est pas impossible si en France comme en Allemagne les élections sont gagnées par la gauche.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…