Accéder au contenu principal

L'entourloupe Merkozy du "verbalement" correct, façon "Der Spiegel"

La droite Européenne est au chevet du candidat Sarkozy, en mal dans les sondages.
Déjà, nous avions pu constater l'affichage particulier de soutiens de responsables de droite ; cette fois dans un quotidien Allemand, nous devrions lire ce lundi, carrément, qu'une coalition européenne, toujours de droite bien sûr, contre François Hollande, est évoquée "verbalement".

Cela ne manque pas de sel, et comme le soulignait Cambadelis, porte parole de campagne du candidat PS, ça peut paraître "très rentable électoralement". Le magazine allemand "Der spiegel"  préciserait dans son magazine que la volonté de François Hollande que de renégocier une partie du traité européen, adopté sans le consentement des peuples européens ces derniers jours, avait choqué.

Une preuve de plus de la fébrilité et de la déconnexion de la réalité de ces dirigeants. Ont-ils conscience que ce sont ces manœuvres qui détournent les peuples. Nicolas Sarkozy ne prend pas en compte le désamour des français sur la question européenne.
Si une campagne présidentielle ne se gagne pas sur les questions internationales, le candidat essaye de "capitaliser" à partir de son action internationale. Il a lui même rappelé plusieurs fois qu'il était anormal que les parlementaires PS s'abstiennent sur le vote du nouveau traité, utilisant une fois de plus les plus basses manœuvres, des entourloupes, des tromperies.

Quand il déclare « Il m’est arrivé de voter des traités négociés par François Mitterrand : l’Acte unique, la monnaie unique … Le fait qu’il soit socialiste ne m’a pas empêché de considérer que, sur l’Europe, on devait faire un bout de chemin ensemble. »
Nicolas Sarkozy, le 27 février sur RTL
En réalité c'est faux, merci à ce site de le souligner, Nicolas Sarkozy n'a pas pu voter l'Acte unique à l'assemblée, il n'était pas encore député à ce moment là. Et le 12 mai 1992, lors du vote sur le traité de Maastricht, Nicolas Sarkozy s'est abstenu.
On peut donc dire beaucoup de bêtises, de contre-vérités, pour ne pas dire de mensonges, lorsqu'on utilise comme source d'informations le "verbalement". Le magasine "Der Spiegel" a au moins l’honnêteté de le souligner, c'est déjà ça.
Der spiegel est un magasine qui alimente souvent les controverses, à l'initiative de beaucoup de polémiques. Le socialiste Willy Brandt le qualifiait de Scheißblatt (littéralement feuille de merde). La revue a également publié des articles xénophobes anti-Italiens et anti-Polonais et publie régulièrement des articles anti-catholiques. Lors de la crise de la dette grecque, la revue a publié une couverture montrant un souvenir de Grèçe prêt à prendre feu avec la mention "From Greece with love"; surfant sur un sentiment anti-grecque très fort dans la population allemande.

En ce qui concerne cette pseudo-coalition, reste qu'une chose est sûre, le rapport de force au niveau européen est très largement favorable à la droite.

De ce point de vue là, la tâche sera difficile, mais n'est pas impossible si en France comme en Allemagne les élections sont gagnées par la gauche.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…