Accéder au contenu principal

Main mise sur le bénéfice mondial consolidé

La proposition de Nicolas Sarkozy que d'imposer les entreprises françaises faisant des bénéfices à l'étranger étonne. Encore une fois, le président candidat essaye de nous tromper sur la question, pourquoi ne pas l'avoir fait avant ? et surtout en se gardant bien d'en donner la configuration, il balade l'électorat sur de vagues intentions, il devient urgent pour lui de nous communiquer le détail de son programme, si il veut regagner un semblant de crédibilité. 
Nous verrons, mais si c'est le même genre de mesure que la fumante prime de partage des profits, cette annonce accouchera d'une coquille vide.

Le bénéfice mondial consolidé échappe aujourd'hui à tout contrôle de l'état. Syndicalement, cela fait partie pour les entreprises de grands groupes des revendications que "d’intéresser" les français au résultat de l'entreprise, à l'ensemble de son résultat ; parce que la performance de l'entreprise découle aussi du travail qui est fait en "interne" en France.
Prime de participation aux bénéfices et intéressement sont bien souvent calculés sur le résultat de l'activité propre en France.

Ici, ce n'est pas la proposition de Nicolas Sarkozy, il parle lui de l'imposition. Il prétend "avoir découvert quelque chose de pas normal" que les entreprises du Cac40 peuvent échapper à l'imposition parce "qu'elles maximisent les avantages fiscaux"

C'est un peu se foutre de notre gueule de prétendre qu'il découvre cela. Il y a par exemple la très coûteuse niche fiscale -niche Copé- qui coûte à l'état plus de 22 milliards d'euros en trois ans, qui exonère les entreprises du paiement de l'impôt sur les sociétés.

Donc, prétendre vouloir mettre en place un impôt minimum qui rapporterait 2 à 3 milliards d'euros de recettes semble déjà bien fade. La proposition devra être sérieuse, nous l'attendons au tournant !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…