Accéder au contenu principal

1er tour de la présidentielle : On nous aura pourtant prévenu

Nous sommes à deux semaines du 1er tour de la présidentielle, et l'incertitude gagne sur l'issue de la première phase de ce scrutin. Les sondages ne font pas les élections, mais permettent de constater au travers des enquêtes d'opinion les dynamiques de campagne, de vérifier des progressions, d’asseoir des constats.

Le suspens reste entier malgré des écarts qui semblent conséquents entre les candidats en tête et les outsiders. Parce que le risque d'abstention est important, parce que le scénario d'un duel trop certain, trop attendu de longue date, peut encore s'effondrer.

Quelques constats, N.Sarkozy est quasiment candidat unique à droite, quand F.Hollande a quatre candidats à sa gauche. Les incertitudes sur les intentions de votes sont encore importantes au sein de l'électorat, en témoigne la forte progression de J-L.Melenchon, l'effondrement de F.Bayrou.

Seule, la stratégie du président sortant, semble lui garantir à minima de se qualifier. Ce premier tour de la présidentielle il l'a bien compris, comme en 2007, où il a su rassembler sa famille politique. Aujourd'hui il va encore plus loin, allant jusqu'à faire campagne sur les idées nationalistes, en affichant sa volonté de revoir les accords de Schengen, ou de mettre en oeuvre des mesures protectionnistes tel que le Buy European act.


N.Sarkozy grignote point par point l’électorat, misant sur l'effet psychologique d'un président menant à la mi-course.

Le vote n'est pas crystalisé, tout peut encore arriver, d'importants mouvements semblent encore se produire au sein de l'électorat à droite comme à gauche, même au centre.

Du coup, effectivement la photographie des intentions de votes que propose le sondage présidentiel ne vaut pas grand chose quand la situation semble si floue.

Commentaires

  1. olivier robert8 avril 2012 à 09:56

    Il est bon de rappeler l'influence de l'info transitant par les médias officiels, que l'on sait assujettis aux exigences politiques du moment, et par conséquent avoir en tête une idée de notre situation dans le classement mondial "liberté de la presse" qui n'est pas précisément flatteur...y'a pas photo !
    http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2011-2012,1043.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…