Accéder au contenu principal

1er tour de la présidentielle : On nous aura pourtant prévenu

Nous sommes à deux semaines du 1er tour de la présidentielle, et l'incertitude gagne sur l'issue de la première phase de ce scrutin. Les sondages ne font pas les élections, mais permettent de constater au travers des enquêtes d'opinion les dynamiques de campagne, de vérifier des progressions, d’asseoir des constats.

Le suspens reste entier malgré des écarts qui semblent conséquents entre les candidats en tête et les outsiders. Parce que le risque d'abstention est important, parce que le scénario d'un duel trop certain, trop attendu de longue date, peut encore s'effondrer.

Quelques constats, N.Sarkozy est quasiment candidat unique à droite, quand F.Hollande a quatre candidats à sa gauche. Les incertitudes sur les intentions de votes sont encore importantes au sein de l'électorat, en témoigne la forte progression de J-L.Melenchon, l'effondrement de F.Bayrou.

Seule, la stratégie du président sortant, semble lui garantir à minima de se qualifier. Ce premier tour de la présidentielle il l'a bien compris, comme en 2007, où il a su rassembler sa famille politique. Aujourd'hui il va encore plus loin, allant jusqu'à faire campagne sur les idées nationalistes, en affichant sa volonté de revoir les accords de Schengen, ou de mettre en oeuvre des mesures protectionnistes tel que le Buy European act.


N.Sarkozy grignote point par point l’électorat, misant sur l'effet psychologique d'un président menant à la mi-course.

Le vote n'est pas crystalisé, tout peut encore arriver, d'importants mouvements semblent encore se produire au sein de l'électorat à droite comme à gauche, même au centre.

Du coup, effectivement la photographie des intentions de votes que propose le sondage présidentiel ne vaut pas grand chose quand la situation semble si floue.

Commentaires

  1. olivier robert8 avril 2012 à 09:56

    Il est bon de rappeler l'influence de l'info transitant par les médias officiels, que l'on sait assujettis aux exigences politiques du moment, et par conséquent avoir en tête une idée de notre situation dans le classement mondial "liberté de la presse" qui n'est pas précisément flatteur...y'a pas photo !
    http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2011-2012,1043.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…