Accéder au contenu principal

1er Tour en trompe l'oeil, bottons le cul de Sarkozy !

J'ai le sentiment que nous avons vécu un premier tour en "trompe l'oeil". Si c'est bien la première fois que le président sortant n'arrive pas en tête le soir du premier tour, il n'y a en réalité qu'un point et demi d'écart entre les deux qualifiés. Mais si à droite on parle d'un second tour relancé, c'est bien François Hollande qui est sur la bonne lancée.

Il est certain que le résultat final est loin d'être acquis, et l'équipe du candidat sortant fera tout pour jouer sur la confusion de la perception de l’électorat. Mais ne nous y trompons pas, si les deux qualifiés semblent être au coude à coude, il y a en réalité un contexte de report de voix largement en faveur de François Hollande.

Si nous nous basons aux derniers résultats quasi-définitifs communiqués à 02h30 :
 F.Hollande 28.6% ; N.Sarkozy 27.1% ; M.le Pen 18.0% ; J-L. Mélenchon 11.1% ; F.Bayrou 9.1%

Et aux projections de reports de voix qui laissent à penser que l’électorat ayant voté Bayrou se reporterait pour moitié sur chacun des deux candidats qualifiés, c'est bien l’électorat FN et Front de gauche qui fera basculer de manière significative le résultat final.


Pour celles et ceux qui auront soutenu J-L.Melenchon, on peut aisément penser que la quasi totalité de cet électorat ne votera pas Nicolas Sarkozy.

L’électorat du Front national est plus hétéroclite, un mélange de gens différents. Mais pour une bonne partie, c'est une tranche de la population plutôt apolitique. Pour les ouvriers, et plus largement le vote populaire, qui jusque dans les années 80 votaient à gauche, au fond, l’intérêt est grand pour eux de ne pas voter N.Sarkozy également.
Dans l'industrie, avec les syndicats, les ouvriers savent combien il ne faut pas que soient appliqués les accords compétivité-emploi voulus par Nicolas Sarkozy. Plus généralement, le vote populaire qui représente le salariat français le plus précaire ne veut pas non plus de l'augmentation de TVA voulue également par Nicolas Sarkozy.

La tâche de François Hollande est donc de s'adresser à eux, de les convaincre avec celles et ceux qui ont soutenu un des neuf autres candidats du premier tour, que leurs intérêts communs est de voter pour lui parce que son projet est le plus intéressant. Sur le smic, les loyers, l'essence, l'électricité, le droit à la retraite à 60 ans, l'emploi...

Mais battre Nicolas Sarkozy très largement en rassemblant le plus de Français symbolisera aussi le rejet d'une politique qui a décomplexé des comportements qu'il faut combattre. Le sarkozysme qui représente sur le plan des valeurs la stigmatisation des uns et l’opposition continue des français.

De ce constat se dégage un sentiment sous-jacent que les Français après avoir traversé la tempête "Sarkozy" ont besoin de se retrouver, de se rassembler. On en a le moyen le 6 Mai.

[Ps : Joyeux anniversaire Nicolas @jegoun]

Commentaires

  1. "Pour celles et ceux qui auront soutenu J-L.Melenchon, on peut aisément penser que la quasi totalité de cet électorat ne votera pas Nicolas Sarkozy.". C'est une évidence mais, et c'est mon cas et je ne suis pas le seul, ne votera pas non plus Hollande. Entre un plat d'escargot et un de cuisse de grenouille (c'est pour dire que je déteste ces deux plats et je n'en mange jamais), j'irai me faire cuire un steak chez moi.

    RépondreSupprimer
  2. Voter au premier tour et ne pas voter au second est quasiment absurde dans ce cas de figure. Et même si je peux le comprendre, je pense que cela desservira autant le front de gauche puisque Mélenchon appliquera ce qu'il appelle le désistement citoyen en faveur de Hollande. La logique mathématique voudrait que quiconque veut le départ de sarko vote pour le candidat le mieux placé pour le battre. Ce qui auront préféré se faire cuire un steak ou un oeuf et de faire les choses à moitié ne devront pas se plaindre si le pire devait arriver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, si on considère qu'en virant sarko, c'est en finir avec une certaine politique. Le problème est que, sur le fond même si la forme est différente, le ps et l'ump sont les représentants d'une idéologie libérale, inféodée aux marchés. A ce niveau là, Hollande ou sarko, c'est pareil.

      Supprimer
  3. Oui, je suis d'accord avec l'anonyme...

    RépondreSupprimer
  4. Election présidentielle de 2002 :
    Premier tour :
    Jean-Marie Le Pen : 4 804 713 voix, soit 16,86 %.
    Bruno Mégret : 667 026 voix, soit 2,34 %.
    Total Jean-Marie Le Pen + Mégret : 5 471 739 voix, soit 19,20 %.
    Deuxième tour :
    Jean-Marie Le Pen : 5 525 032 voix, soit 17,79 %.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lection_pr%C3%A9sidentielle_fran%C3%A7aise_de_2002


    Election présidentielle de 2012 :
    Premier tour :
    Marine Le Pen : 6 421 773 voix, soit 17,90 %.

    http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_la_une/toute_l_actualite/actualites-elections/presidentielle-2012-tour-1

    Par rapport au nombre de voix de Jean-Marie Le Pen + Bruno Mégret en 2002, Marine Le Pen gagne 950 034 voix.

    Par rapport à leur précédent record de 2002, les fachos ont gagné 950 034 voix supplémentaires.

    Le 6 mai 2012, pas une voix ne doit manquer à François Hollande.

    RépondreSupprimer
  5. Merci BA pour ces chiffres, oui, toutes les voix vont compter.

    RépondreSupprimer
  6. Le seul moment où notre voix peut être entendue c'est bien à ce moment là alors votons au lieu de râler ensuite !!! et aux 2 tours bien sûr pour que cela ne reste pas un coup dans l'eau. La suite malheureusement personne ne la connait mais vivement que ces élections se terminent. En temps normal je n'aime pas la politique et je sais aujourd'hui encore plus pourquoi. Bonne journée :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes d'accord, il faut aller voter. Merci Melodie.

      Supprimer
  7. Il est nécessaire de voter aux présidentielles pour s'exprimer, c'est le seul moment où notre voix compte, comme le souligne Mélodie, adhésion ou non à une politique.. On peut ensuite se ratrapper aux autres élections comme j'ai l'intention de le faire.. les gens qui ne votent pas n'ont ensuite plus le croit à la parole parce que ne pas voter est laisser le champs libre à ceux que l'on ne veut pas voir..Il peut y avoir un contre-pouvoir aux législatives, c'est à ce moment-là qu'il faudra protester.. Pour moi, ça sera Mélanchon, Poutou ou Joly.. Je ne sais pas encore..

    Mais pour l'heure, il y a danger à retourner dans la même politique dont on ne veut plus.. On aura vraiment gagné que lorsque le 2° tour sera passé et Hollande clairement élu.. C'est seulement à ce moment-là qu'il faudra se poser les autres questions.. Je ne pourrai pas voter pour une politique différente si je ne me suis pas donné les moyens d'être entendue AVANT ce vote des législatives.. C'est bien ce que disent Mélanchon, Poutou et Joly.. Même si ma voix m'appartient avant tout, leur appel à voter CONTRE Sarko sans être POUR Hollande est clair..

    Personnellement, j'irai voter contre Sarko comme j'ai voté Chirac CONTRE Lepen par souci de citoyenneté.. C'est le même principe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Christie, c'est le même principe qu'en 2002, il faut faire barrage...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…