Accéder au contenu principal

Faire face aux mensonges de N.Sarkozy

"Dimanche, il (Nicolas Sarkozy) a annoncé dans un journal qu'il sentait monter la vague. Moi aussi, je la sens monter la vague, la vague de l'indignation, la vague de l'exaspération, la vague de la colère, celle du peuple qui n'en peut plus!"
C'est en meeting à Besançon que F.Hollande a répliqué à N.Sarkozy en ces mots. Le candidat PS qui a eu cette retenue de ne pas attaquer systématiquement le candidat sortant a affiché hier la volonté de faire face à cette vague d'arrogance, que véhicule à outrance Nicolas Sarkozy.

Faire face ou pas, c'est compliqué. On n'attend pas de nos leaders politiques qu'ils s'interpellent par l'invective, les qualificatifs peu glorieux, les accusations de style. On préfère qu'ils s'affrontent sur leurs mesures politiques, en confrontant les idées, en clivant sur des positions claires qui permettent de faire un choix. Mais c'est N.Sarkozy qui oblige l'opposition à la réplique, en avançant mensonge sur mensonge quand il dit que son adversaire veut réguler massivement les sans papiers, mettre à mal la politique familiale ou augmenter les impôts.

Du coup, je partage le coup de gueule de Yann ce matin, on aimerait que les journalistes (qui sont un peu moins dans la fascination de l'animal médiatique qu'est N.Sarkozy) soient encore un peu plus professionnels, sachant (car ils savent) qu'ils font face à de sévères mensonges, qu'ils puissent répliquer et confronter le candidat à la réalité de ses propos.

Comme Yann, je me verrais bien apporter une contradiction chiffrée et argumentée, de ses promesses non tenues de 2007, je lui tirerai un bilan à quatre épingles duquel il aurait bien du mal à se justifier.

Il y a les mensonges "techniques" qui permettent de maquiller son pitoyable bilan, ou les mensonges sur les mesures politiques proposées par ses adversaires, comme citées plus haut, et il y a les petits mensonges, les petites histoires de Nicolas Sarkozy se mettant en scène. Et là c'est surréaliste ! Comme cette fois où il raconte avoir été à Fukushima avec NKM ministre de l'écologie, F.Hollande dit avoir vérifié : "J'ai vérifié, il n'y est jamais allé, expose Hollande. C'est la première fois dans l'histoire de la République, qu'un candidat sortant relate un voyage qu'il n'a jamais fait."


Effectivement, Nicolas Sarkozy aura marqué de son empreinte l'histoire des présidences de la République ; de son action restera un bilan très discutable, des propos discutés, des mensonges en nombre. Il est temps de changer.

Commentaires

  1. Oui, mais le changement, c'est maintenant !

    RépondreSupprimer
  2. N'en soyez pas aussi certain. On nous a déjà fait le coup...vous allez vite déchanter.

    RépondreSupprimer
  3. changement ou pas, si les promesses des uns ou des autres ne sont pas tenues, on va effectivement déchanter et bonjour les dégâts :(

    RépondreSupprimer
  4. Mercredi 11 avril 2012 :

    Les défaillances de PME s'envolent au premier trimestre.

    La conjoncture se précise pour 2012 et elle n’est pas reluisante. Même sans récession au sein de l’Hexagone, les petites et moyennes entreprises (PME) de plus de 50 employés traversent cette période avec la plus grande des difficultés. Les défaillances d’entreprises enregistrées en France au premier trimestre sont en légère hausse par rapport à la même période de 2011, et restent pour la quatrième année consécutive au-dessus du seuil de 16.000, a indiqué la société Altares dans un communiqué, relayé par Les Echos de ce mercredi.

    Le nombre de défaillances s’élève à 16.206 jugements de redressement ou liquidation judiciaire directe, 3.500 de plus qu’avant la crise début 2008.

    « Les PME de 50 salariés et plus sont, comme au quatrième trimestre 2011, très exposées » (+27 % sur an, par rapport au 1er trimestre 2011), note la société de services aux entreprises. A noter toutefois que neuf PME défaillantes sur dix sont des micro-entreprises (moins de dix salariés). De quoi s’imaginer le nombre de PME toutes tailles confondues défaillantes en France.

    http://www.20minutes.fr/economie/914737-defaillances-pme-envolent-1er-trimestre

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…