Accéder au contenu principal

[Financement illégal campagne 2007] Nicolas Sarkozy aurait-il menti ?

Ce mardi, lors de La matinale de Canal+, Mr Sarkozy a indiqué qu'il était "bien sûr" possible qu'il ait rencontré André Bettencourt en Février 2007. Se défendant que cela ne puisse prouver un financement illégal de sa campagne en 2007, en utilisant le conditionnel, le président candidat en quête de prolongation de son immunité présidentielle semble déjà se contredire, au fil des rebonds de l'enquête judiciaire.


Peut être est-ce parce que l'enquête s'étoffe de faits nouveaux au fur et a mesure que le juge en charge de l'instruction déroule le fil des évènements, que Nicolas Sarkozy se sente obligé de se justifier.
Et la réponse faite est troublante "Je ne sais plus ce que je faisais, il y a cinq ans", ce fameux mois de février 2007 en pleine campagne, Nicolas Sarkozy ne se souvient plus très bien ? 
Par le passé, N.Sarkozy était pourtant formel, il ne s'était jamais rendu chez la milliardaire. Depuis le 14 Mars dernier, rien ne semble aussi sûr. Pascal Bonnefoy, l'ancien majordome de Lilliane Bettencourt a confirmé au Juge d'instruction Jean-Michel Gentil,  que Nicolas Sarkozy s'était bien rendu chez la milliardaire en Février 2007.

Ce n'est pas le seul employé à porter des accusations, il y a aussi l'ancien comptable Claire T, qui a confirmé avoir remis 150 000 € à Eric Woerth, accusation pour laquelle l'ancien ministre et trésorier de la campagne 2007 UMP, est déjà mis en examen. (d'autres détails ici).

Nicolas Sarkozy a t-il récupéré des enveloppes d'argent chez les Bettencourt ? Vrai ou faux, il devrait pourtant répondre et prendre sa part de responsabilités dans cette affaire. L'électorat l'y forcera peut-être en cas de défaite ce 6 Mai et peut être au lendemain de la passation de pouvoir ce 16 Mai, si il perd son immunité.

Commentaires

  1. Réponses
    1. Si c'est vrai, je souhaite que la Justice puisse le dire...

      Supprimer
  2. Mercredi 4 avril 2012 :

    Affaire Bettencourt : le procureur Courroye savait dès 2010 que des espèces arrivaient de Suisse.

    Les transferts d'argent liquide qui relancent l'affaire Bettencourt étaient connus de la justice depuis l'automne 2010. Effectués entre la Suisse et la France, ces mouvements - dont la justice soupçonne que certains seraient liés au financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 - avaient été évoqués par l'avocat genevois de la famille Bettencourt au cours d'un interrogatoire conduit par un juge suisse en présence du procureur Philippe Courroye et de deux policiers parisiens.

    Ni ces révélations ni les documents bancaires saisis à l'époque n'ont entraîné d'investigations particulières par la suite, jusqu'à ce que le juge bordelais Jean-Michel Gentil relance cette piste.

    http://www.lepoint.fr/societe/exclusif-bettencourt-courroye-savait-des-2010-que-des-especes-arrivaient-de-suisse-04-04-2012-1448293_23.php?google_editors_picks=true

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…