Accéder au contenu principal

[Premières mesures du changement] Droit à la retraite à 60 ans, blocage du prix de l'essence #agendaduchangement

Le 26 Janvier, François Hollande présentait son projet pour la France. Quasiment deux mois après, Nicolas Sarkozy égraine seulement quelques propositions promettant de divulguer l'ensemble de son projet dans les prochains jours (peut-être). Aujourd'hui, le probable prochain Président de la République, François Hollande communique point par point, les mesures politiques qu'il compte mettre en oeuvre dans l'année, si il est élu.

L'exercice de transparence est honorable, et force le contraste entre les deux opposants. Quand le président sortant n'a fait qu'improviser tout au long de son quinquennat pour encore hésiter à jouer cartes sur table à seulement trois semaines du scrutin, l’électorat peut avec François Hollande se projeter et appréhender ce que serait un mandat sous sa responsabilité. C'est plus honnête.

Pour ma part, je ne vais pas commenter une à une les mesures exposées, vous pouvez les consulter, les commenter chez mes très respectables confrères blogueurs. Je retiens surtout certaines d'entre elles qui réparent des injustices sociales et sociétales des politiques sarkozystes, et qui répondent aux attentes de l’électorat.

Il y a des mesures d'urgence qui répondent directement aux besoins, comme le blocage des prix de l'essence qui mettra fin à ce vol, cette ponction qui est faite au quotidien sur le pouvoir d'achat des français (0.30 centimes/litre, c'est 10 € par plein d'essence, énorme) 

Et, il y a des mesures très structurantes, la première d'entre elles, est le simple décret qui sera émis le premier mois de l’élection avant la session parlementaire du 29 Juin. Cela permettra à nouveau de faire valoir ses droits à la retraite dès 60 ans pour les personnes ayant commencé à travailler à 18 ans et ayant leur 41 annuités de cotisations.

Au delà des postures politiques, "faut-il aller au delà de la loi Fillon", axes qui seront tranchés plus tard dans une vraie concertation avec les partenaires sociaux, dans une réforme qui interviendrait plus tard dans l'année ; Ce simple décret répond aux attentes légitimes de nombreux citoyens qui ayant déjà cotisé ce qu'exigeait la réforme Fillon en 2003, jusqu'à 42 annuités pour certains, se sentant usés par leur travail, et puisque la pénibilité des métiers n'est toujours pas sérieusement prise en compte, pour beaucoup d'entre eux,  n'ont qu'une chose en tête, partir à la retraite. 

Pour eux, une des première mesures de justice sociale.

Commentaires

  1. Lorsque la France sera auto-suffisant en pétrole, on pourra fixer son prix. En attendant, dire cela, c'est de la démago. De même parler de la retraite à 60 ans quand on a 42 anuités, dans un pays qui compte 5 millons de chomeurs, et la grande masse des gens qui peinent à boucler une carrière complète, c'est une blague. Les attentes sont fortes et la réponse inaudible!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…