Accéder au contenu principal

[Premières mesures du changement] Droit à la retraite à 60 ans, blocage du prix de l'essence #agendaduchangement

Le 26 Janvier, François Hollande présentait son projet pour la France. Quasiment deux mois après, Nicolas Sarkozy égraine seulement quelques propositions promettant de divulguer l'ensemble de son projet dans les prochains jours (peut-être). Aujourd'hui, le probable prochain Président de la République, François Hollande communique point par point, les mesures politiques qu'il compte mettre en oeuvre dans l'année, si il est élu.

L'exercice de transparence est honorable, et force le contraste entre les deux opposants. Quand le président sortant n'a fait qu'improviser tout au long de son quinquennat pour encore hésiter à jouer cartes sur table à seulement trois semaines du scrutin, l’électorat peut avec François Hollande se projeter et appréhender ce que serait un mandat sous sa responsabilité. C'est plus honnête.

Pour ma part, je ne vais pas commenter une à une les mesures exposées, vous pouvez les consulter, les commenter chez mes très respectables confrères blogueurs. Je retiens surtout certaines d'entre elles qui réparent des injustices sociales et sociétales des politiques sarkozystes, et qui répondent aux attentes de l’électorat.

Il y a des mesures d'urgence qui répondent directement aux besoins, comme le blocage des prix de l'essence qui mettra fin à ce vol, cette ponction qui est faite au quotidien sur le pouvoir d'achat des français (0.30 centimes/litre, c'est 10 € par plein d'essence, énorme) 

Et, il y a des mesures très structurantes, la première d'entre elles, est le simple décret qui sera émis le premier mois de l’élection avant la session parlementaire du 29 Juin. Cela permettra à nouveau de faire valoir ses droits à la retraite dès 60 ans pour les personnes ayant commencé à travailler à 18 ans et ayant leur 41 annuités de cotisations.

Au delà des postures politiques, "faut-il aller au delà de la loi Fillon", axes qui seront tranchés plus tard dans une vraie concertation avec les partenaires sociaux, dans une réforme qui interviendrait plus tard dans l'année ; Ce simple décret répond aux attentes légitimes de nombreux citoyens qui ayant déjà cotisé ce qu'exigeait la réforme Fillon en 2003, jusqu'à 42 annuités pour certains, se sentant usés par leur travail, et puisque la pénibilité des métiers n'est toujours pas sérieusement prise en compte, pour beaucoup d'entre eux,  n'ont qu'une chose en tête, partir à la retraite. 

Pour eux, une des première mesures de justice sociale.

Commentaires

  1. Lorsque la France sera auto-suffisant en pétrole, on pourra fixer son prix. En attendant, dire cela, c'est de la démago. De même parler de la retraite à 60 ans quand on a 42 anuités, dans un pays qui compte 5 millons de chomeurs, et la grande masse des gens qui peinent à boucler une carrière complète, c'est une blague. Les attentes sont fortes et la réponse inaudible!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…