Accéder au contenu principal

[Programme 2012 de Sarkozy] Record d'austérité de 115 milliards !


Le programme Présidentiel de Nicolas Sarkozy qui tarde à se faire connaitre dans son ensemble, n'est qu'une vaste escroquerie de communication.

Il aura donc attendu d'être à trois semaines du premier tour pour esquisser un plan "comm" qui va consister à tenter de convaincre l’électorat qu'il est le seul garant de la bonne tenue des comptes de l'état. 


Des efforts ? Un comble ! Lui, le président sortant, responsable de plus de 600 milliards de nouvelles dettes en cinq ans, soit le tiers de la dette totale, celui là même tenterait de nous faire croire qu'il a la bonne formule pour équilibrer nos déficits ! ?

Des annonces, seulement des annonces, après avoir déjà laissé entendre que nous connaîtrions le détail de son programme électoral, Nicolas Sarkozy n'en finit plus d'improviser, de recalculer, de redéfinir son programme. Du coup, il lâche dans une interview ce chiffre  de 115 milliards d'euros qu'il tente d'expliquer trop simplement par 75 milliards de dépenses en moins et 40 milliards de recettes en plus, avec la promesse de donner les détails de tout cela en fin de semaine, voire en début de semaine prochaine.

On croit rêver, l’électorat le prendra t-il encore au sérieux ? Annoncer des milliards d'économies peut sembler salvateur, mais si ces mêmes économies sont englouties par manque de croissance et déficit de cotisations sociales, l'effort demandé sera vain. C'est ce que nous vivons depuis cinq ans, pour cause de chômage aggravant parce que mal maîtrisé par des politiques de l'emploi peu ambitieuse, les déficits se creusent, seule la croissance par la consommation permet de limiter les dégâts. 

Et c'est cette consommation que le président sortant se propose de taxer pour dégager de nouvelles recettes fiscales. Par la hausse de la TVA, par un prix des carburants fortement taxé, c'est le plus grand nombre, les consommateurs, qui payeront la facture Sarkozy.

C'est la double peine ! Des économies sur les services publics, financées par la consommation du contribuable, nous payerons deux fois. Un énième plan d'austérité à la sauce Sarkozy, sauf que cette fois nous pouvons appeler au changement dès ce 22 Avril.

Commentaires

  1. Réélire Sarko, équivaut à nous mettre une bombe à retardement dans les pattes..Ce n'est pourtant pas très compliqué à comprendre !!

    christie

    RépondreSupprimer
  2. Quelles réductions de quelles dépenses?Quelles économies? Sur quoi?La Santé,le social comme d'habitude.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…