Accéder au contenu principal

[Programme de Sarkozy] C'est son bilan en pire !

J'ai brièvement écouté l'intervention TV de N.Sarkozy, mais surtout pris enfin connaissance de ce qui ressemble à un programme. 32 mesures, aucune vraiment nouvelles, détaillées dans un document qu'il a appelé la "Lettre aux français".

Lors de la conférence de presse, il est d'abord revenu sur son bilan, et semblait encore se justifier : "Il n'y a eu aucun cadeau aux riches".

Puis il y a ce moment, où un journaliste lui demande ses premières mesures en cas de réélection, faisant référence à l"agenda de Hollande pour la première année de mandat. Il n'a pas voulu répondre, tentant une grossière manipulation, une de plus : "Il n'est pas candidat pour exercer pour un an"

Une conférence de presse où les tentatives d'échange ou d'humour avec son auditoire n'ont pas eu d'écho, les questions sur les affaires plombant encore plus l'ambiance.

J'avais déjà écrit, après l'annonce partielle des économies et des recettes escomptées, que le programme était un plan d'austérité de 115 milliards € ; on apprend aujourd'hui que la facture s’alourdit à hauteur de 124 milliards d'efforts. Mais il ne dit rien de nouveau que nous ne sachions déjà. Le programme de Sarkozy, c'est la double peine ! Des économies sur les services publics, financées par la consommation du contribuable, la hausse de la TVA, et nous payerions deux fois par un énième plan d'austérité.

Enfin un programme donc, sous forme d'un document de 34 pages, qui va être distribué à seulement 6 millions d'exemplaires. Une stratégie étonnante, qui contraste avec la volonté de transparence de son principal opposant qui hier divulguait sur son site de campagne sa feuille de route avec un agenda de mesures très précis. Pourquoi à l'inverse, Nicolas Sarkozy ne présente t-il pas l'ensemble de son programme, qu'il puisse être consultable par tous à tout moment ?

Peut être craint-il la contestation ? Mais cela le mérite t-il ? Certaines mesures sont même insignifiantes, je ne dis pas inutiles, mais dont on se demande pourquoi elles sont mises en avant, comme le paiement des pensions de retraite le 1er du mois au lieu du 8. Par contre, il y a de vrais projets à combattre. Les accords compétitivité emploi en premier lieu, qui permettront de déroger au contrat de travail des salariés pour qu'ils soient encore plus corvéables, dans des entreprises où le dialogue social ne permettra pas toujours d'en limiter la portée.

Un programme donc qui n'annonce rien de nouveau, mais surtout rien de bon. Qui entérine la continuité des politiques désastreuses menées par Nicolas Sarkozy. Un programme ? Son principal opposant le dit comme je le ressens : "son programme, c'est son bilan, en pire !". 

Commentaires

  1. Le réélire, c'est la double peine.. J'espère qu'on la vraiment compris, ce qui nous attend en cas de nouveau mandat de Sarko, on en verra de pires encore.. Lui donner mandat, c'est nous emmener vers la légitimité pour nous maltraiter encore plus d'autant que cela sera sa dernière élection possible.. Il n'aura aucun frein...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il ne fait plus illusion il me semble...

      Supprimer
  2. Samedi 7 avril 2012 :

    L'Assemblée nationale n'a pas pu prêter 3 millions de francs en 1997 à Nicolas Sarkozy pour l'acquisition d'un spacieux duplex sur l'île de la Jatte à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), comme l'a encore tacitement confirmé le candidat-président jeudi lors de la présentation de son programme de candidat à la présidentielle.

    Interrogé par Mediapart.fr qui enquête depuis mars sur le financement de cet appartement revendu depuis, Bernard Accoyer, le président UMP du palais Bourbon, a assuré que les plafonds des prêts immobiliers accordés aux députés ont toujours été beaucoup plus bas.

    Le montant maximum des prêts accordés à chaque député «s'élevait en dernier lieu à 288 147 euros, éventuellement majoré de compléments familiaux», indique l'élu de Haute-Savoie par courriel. «Transposée en 1997, cette règle signifie en clair que les prêts ne pouvaient pas dépasser 1,2 million de francs», en déduit le site d'information en ligne, qui ajoute qu'il existait des «compléments familiaux» qui dans le cas de Nicolas Sarkozy «ont pu atteindre 500 000 francs maximum».

    En 2007, Nicolas Sarkozy avait détaillé l'achat de ce 7 pièces, avec jardin privatif sur la Seine, à «l'Express» : les 5 400 000 francs de l'appartement avaient été financés avec 270 000 francs en dépôt de garantie, 1,6 million de francs empruntés à la Société générale, et plus de 3 millions de francs auprès de l’Assemblée nationale.

    En revoyant le prêt du palais Bourbon à la baisse, «c'est un trou de quasiment 2 millions de francs qu'il reste à combler pour atteindre la valeur de l'appartement indiquée sur l'acte de vente», note Mediapart, d'autant que Bernard Accoyer «mentionne un prêt unique», ce que «des sources à la questure» ont confirmé. Dans ce cas, reste à savoir d'où ces deux millions proviennent.

    La candidate écologiste Eva Joly avait soulevé le 30 mars la question du financement de l'appartement : «Voulons-nous réellement donner un deuxième mandat à un homme qui a donné des explications fausses sur son patrimoine en 2007, qui n'explique pas comment il a acquis son appartement de l'île de la Jatte ?», s'était interrogée l'ancienne juge d'instruction.

    http://www.leparisien.fr/politique/ancien-duplex-de-sarkozy-mediapart-souleve-des-zones-d-ombre-07-04-2012-1944278.php

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…