Accéder au contenu principal

La Grèce défie Merkel et Bruxelles, attend beaucoup de la France

Les grecs se sont saisi de leurs bulletins de vote pour exprimer leur colère des politiques d’austérité imposées par l'Europe. C'est le résumé, l'analyse des résultats des législatives en Grèce que nous pouvons faire.
Avec l'effondrement des principaux partis, une poussée de la gauche radicale, et l'entrée de l’extrême droite au parlement, les grands partis traditionnels le Pasok (socialiste) et la nouvelle démocratie (ND droite) n'arrivent plus à former un gouvernement de coalition. Avec les communistes qui veulent sortir de l'Europe, la répartition des forces politiques pose un problème politique majeur à un pays soutenu par l'UE par un chantage à la solidarité.

Chantage à la solidarité : A la veille d'un sommet de l’Eurogroupe et du déblocage d'une nouvelle tranche d'aides par l’Europe de 5 milliards d'euros, Bruxelles et Merkel n'ont pour seule réponse, alors que le pays est quasiment sans gouvernement : qu'il faut poursuivre les réformes structurelles, comprenez l'austérité.

Les pressions vont être fortes sur Angela Merkel qui est vivement critiquée en Allemagne pour sa fermeté à reconsidérer les euros-obligations et volets de croissance manquants au pacte de discipline budgétaire. Le patron de la BCE (banque centrale européenne), et une majorité de la zone euro, vont donc naturellement se ranger derrière la position du nouveau président Français qui milite pour la mutualisation de la dette, et une politique de relance européenne par la croissance, l'investissement dans les grands travaux.

C'est ce dont a besoin la Grèce, que l’allègement de sa dette lui permettent d'emprunter à meilleur taux, et une politique d'investissement, de grands travaux, qui lui permette de relancer la croissance.

La Grèce, l'Europe, la France, doivent sortir de cette boucle infernale de l'austérité

Commentaires

  1. Les grecs sont étranglés, cette politique d'austérité les fragilisent.. C'est injuste que le peuple paie pour de mauvaises gestions et pour une polique droitière mise en place par Bruxelles et par les financiers, ce qui pourrait nous attendre si les dirigeants ne mettent pas de gardes-fous...

    RépondreSupprimer
  2. http://www.france.attac.org/evenement/toutes-et-tous-francfort-du-17-au-19-mai

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…