Accéder au contenu principal

N.Sarkozy a caché 20 milliards € à la commission européenne. Mr Copé le sait, il se délecte déjà.

"Est-ce que F.Hollande votera la règle d'or, heuhhh pardon, proposera t-il de faire voter la règle d'or ?"


On voit que Mr Copé a bien du mal à réaliser la position qui est la sienne, et celle de sa famille politique, dans l'opposition. Ils voteront ou pas les lois, réformes, et mesures politiques mises en oeuvre par la gauche aux responsabilités, et pas l'inverse.
Mais cette diatribe n'est pas anodine. Nous savions Mr Copé capable de beaucoup de cynisme, la manœuvre est un retour à cette polémique sur l'interprétation qui est faite des comptes de la France présentés à Bruxelles pour le respect de ses engagements de déficit de 3% du PIB en 2013.

Invité d'Europe 1 ce matin, J-f.Copé continue à dire tout et n'importe quoi, pour tenter de reprendre la main électoralement en vue des législatives.
D'abord on s'interroge : pourquoi le chef de l'UMP réclame de F.Hollande qu'il fasse voter une règle qu'il a combattu durant toute la campagne ?
Puis on réalise.
Ne nous y trompons pas, Mr Copé sait certainement plus de choses qu'il n'en dit, et cette fougue à revenir systématiquement sur la règle d'or cache bien des choses. A la veille des législatives, le rapport de la cour des comptes commandé par F.Hollande devrait rétablir en partie la vérité sur la façon d'interpréter les déficits de l'état.

N.Sarkozy a caché à la commission européenne 20 Milliards €. (PMA et Marianne en parlaient cette semaine)

Mr Copé le sait, il se délecte déjà des difficultés de F.Hollande à faire face.

"On ne peut pas dire ‘on veut la croissance et tenir les dépenses publiques’. [François Hollande] devra choisir entre Berlin et Athènes. On ne peut pas mentir aux Français", a-t-il raillé. D’après lui, "on est dans une heure de vérité" 

Alors rappelons à Mr Copé que la commission européenne sait aussi que les engagements du gouvernement Fillon ne seront pas respectés. Elle l'a dit le 11 Mai. Et sait que F.Hollande et Jérôme Cahuzac ministre délégué au budget ont déjà prévenu, qu'ils souhaitaient respecter les 3% de déficit du PIB en 2013, en appliquant une réforme fiscale, et en demandant aux français sur le plan des recettes "des efforts supplémentaires, mais justes".
Rappelons à la droite que la première démarche de Nicolas Sarkozy quand il a été élu, a été de demander de décaler dans le temps le retour à l'équilibre budgétaire, pour ouvrir dans les semaines qui suivirent son élection le robinet des dépenses.

Expliquons à la droite, qu'elle est responsable d'un enlisement des dépenses de l'état, de l'explosion de notre dette + 600 milliards en cinq ans, que les quatre semaines écoulées avant le premier tour des législatives en tant que parti d'opposition ne leur octroie pas le droit de demander des comptes.

Mr Copé a ironisé sur un marché de dupes au G8 ? Qu'il prenne garde, ce n'est pas en s’arrangeant une fausse image de bon gestionnaire des comptes de l'état qu'ils convaincront à l'UMP, que les français doivent voter pour eux aux législatives ces 10 et 17 Juin. Que sur ce plan, l’électorat n'est plus dupe justement. 

Commentaires

  1. heuuuu heuuu lol ! Les 600 milliars de déficit ça marche plus ...meme mon fils de 8 a compris comment se décompose cette "dette". Déficit structurelle et le reste je vous laisse chercher. La dette de "Sarko" c 50 milliards. Bien sur pas du tout "due" à la crise. faut atterir. L'electorat est parfaitement au courant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi je veux bien que vous me précisiez le déficit structurel et le reste que nous ne dites pas et que votre enfant de 8 ans a compris. Parce que si vous savez la vérité, vous ne pouvez pas la garder pour vous et votre génie La France a le droit de savoir sinon elle continuera à penser que NS a ruiné délibérément la France ! Merci pour vos informations.

      Supprimer
    2. Philippe Labbe20 mai 2012 à 22:07

      J'invite votre fils de 8 ans à consulter le site de l'INSEE : http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=40

      Il pourra en toute connaissance de cause juger de la politique catastrophique de Mr Sarkozy pendant 5 ans.

      Supprimer
  2. Depuis que Nicolas Sarkozy est arrivé au pouvoir, la dette de la France a augmenté de 630 milliards d'euros, passant de 1 150 milliards à 1 780 milliards d'euros. Énorme. L'Élysée, relayé par Bercy, met ces résultats - "calamiteux", pourrait dire Alain Juppé - sur le compte de la crise économique la plus grave depuis 1929.
    Trop facile, rétorquent Delattre et Lévy (auteurs du livre "un quinquennat à 500 milliards). S'appuyant sur des documents officiels, ils montrent que la crise de 2008, en abaissant les recettes et en grevant les dépenses, aurait alourdi la dette de 109 milliards d'euros. Mais le reste, entièrement imputable au président, s'élève à 520 milliards d'euros...

    http://www.lepoint.fr/economie/500-milliards-envoles-en-cinq-ans-14-01-2012-1419082_28.php

    RépondreSupprimer
  3. Tu réponds aux trolls anonymes qui se basent sur leur fils de 8 ans pour démontrer qu'ils comprennent l'économie ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, je réponds pour qu'il rectifie auprès de son fils de 8 ans :))

      Supprimer
  4. Le Copé, il saute sur tout ce qui bouge. C'est surement le mec de droite qui manque le plus de crédibilité... il m'agace...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même le Figaro cette semaine semblait douter qu'il puisse relever la droite...
      Le congrès de l'UMP à l'automne risque d'être cinglant pour lui, va y avoir des règlements de comptes...

      Supprimer
    2. EN CE MOMENT SE SONT CES COUCOULLETTES QUI TREMBLENT , ELLES ATTENDENT LE RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES .J ESPERE MOI QUE MONSIEUR COPE VA DISPARAITRE DE LA VIE POLITIQUE , IL EST FAUX ET MANIPULATEUR .

      Supprimer
  5. Il y a des supplices que je ne m'inflige plus comme écouter Copé ou Xavier Bertrand...

    RépondreSupprimer
  6. Mercredi 23 mai 2012 :

    Les enquêteurs chargés de l'affaire Bettencourt cernent Nicolas Sarkozy. Le nom de l'ex-président apparaît désormais dans la procédure, instruite à Bordeaux par le juge Jean-Michel Gentil, visant les délits d'"abus de faiblesse" et d'"abus de confiance" commis au préjudice de la milliardaire. Selon les procès-verbaux dont Le Monde a pris connaissance, le magistrat semble tenir pour acquis que M. Sarkozy a bénéficié, lors de sa campagne présidentielle de 2007, d'argent en espèces du couple Bettencourt. Et ce par le biais de Patrice de Maistre, ex-gestionnaire de fortune des Bettencourt, et Eric Woerth, ex-trésorier de l'UMP. Les deux hommes sont mis en examen - le premier étant toujours en détention provisoire.

    Le juge Gentil s'est d'abord attelé à tracer l'argent liquide. Le 17 janvier 2007, 50 000 euros sont retirés de l'un des comptes Bettencourt par la comptable Claire Thibout, sur l'injonction de M. de Maistre. Celui-ci réclame initialement 150 000 euros, mais la comptable refuse de sortir une telle somme car ce montant excède son autorisation de sortie d'espèces à la banque. Le magistrat s'est procuré l'extrait de compte qui donne crédit aux assertions de Mme Thibout. Interrogée le 14 septembre 2011 par le juge Gentil, celle-ci a réitéré que la demande de M. de Maistre était claire : c'était, selon les propos que lui aurait tenus le gestionnaire de fortune, "pour donner à Eric Woerth".

    ENVELOPPE KRAFT

    Le lendemain, 18 janvier, un rendez-vous est pris avec Mme Bettencourt pour lui remettre les fonds. Mme Thibout, dans son agenda, note : "Pour donner enveloppe qui donnera à Patrice." Les agendas de Mme Bettencourt et de M. de Maistre confirment la tenue de ce rendez-vous. L'enveloppe kraft contenant des liasses de vingt billets change donc de mains, pour atterrir dans celles de M. de Maistre. Le lendemain, soit le 19 janvier, celui-ci rencontre M. Woerth, qu'il connaît depuis 2006, et dont il s'apprête à engager l'épouse, Florence Woerth. Le tête-à-tête se déroule dans un café, près du QG de campagne, rue d'Enghien, à Paris. Question du juge à M.Woerth, lors de son interrogatoire du 9 février: "Vous souvenez-vous de la station de métro ?". "Non, a répondu l'ancien ministre du travail, je ne m'en souviens pas." Remarque perfide du magistrat : "Vous ne vous souvenez pas de la station de métro que vous avez emprunté tous les matins..."

    Curieusement, ce rendez-vous ne figure pas à l'agenda de M. Woerth, contrairement à celui de M. de Maistre qui a précisé que l'entrevue s'était déroulée de 8 h 30 à 9 h 30. Plus ennuyeux pour M. Woerth, l'agenda de Mme Thibout porte cette mention, à la date du 19 janvier 2007: "Patrice et trésorier, rue des Poissonniers (...) sécurité." "Lors de ce rendez-vous, interroge donc le magistrat, M. de Maistre vous a-t-il remis une somme de 50 000 euros en espèces ?" "Non, proteste M. Woerth, il ne m'a jamais remis d'argent (...). Nous avons parlé de la campagne qui commence..." Si le magistrat postule que l'enveloppe a bien, ce jour-là, été remise à M.Woerth, il manque 100 000euros : Mme Thibout a assuré que M. de Maistre s'était débrouillé pour les trouver. Or, le 28 janvier 2007, M. de Maistre se rend à Genève, où il a rendez-vous le 30 janvier avec l'avocat René Merkt, qui gère les comptes non déclarés du couple Bettencourt. Interrogé, M. Merkt confirme la rencontre, et précise que M. de Maistre réclamait des fonds, par le biais d'un mécanisme de compensation, en insistant pour qu'ils soient livrés en main propre à Mme Bettencourt.

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/05/23/bettencourt-la-piste-du-financement-illegal-de-l-ump_1705801_3224.html

    RépondreSupprimer
  7. Le Fonds monétaire international (FMI) a publié, mardi 5 juillet 2011, le contrat de travail de sa nouvelle directrice, Christine Lagarde. L'ancienne ministre des finances touchera un salaire annuel de 551 700 dollars (soit 380 727 euros), soit un salaire mensuel d'environ 31 700 euros. En outre, cette somme n'est soumise à aucun impôt, grâce au statut de fonctionnaire international des salariés du FMI.

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/07/05/christine-lagarde-arrive-au-fmi-la-grece-dans-le-viseur_1544783_3234.html

    Madame la marquise Christine Lagarde est comme les aristocrates d'avant la Révolution française, qui ne payaient aucun impôt, eux non plus.

    Madame la marquise demande au peuple grec de payer des impôts, mais madame la marquise ne paie pas d'impôt sur le revenu.

    A la guillotine, cette aristocrate.

    A la guillotine, et avec elle tous les autres aristocrates.

    RépondreSupprimer
  8. Mai 2007 : élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République.

    Chômage en France métropolitaine, sans compter les départements d'outre-mer : Catégories A, B, C, D, E :

    Mai 2007 : 3 632 400 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi.
    Mai 2008 : 3 449 800 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi.
    Mai 2009 : 4 044 100 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi.
    Mai 2010 : 4 529 600 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi.
    Mai 2011 : 4 665 600 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi.
    Avril 2012 : 4 925 800 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi.

    http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-LdWiG86-2.pdf

    Evolution de mai 2007 à avril 2012 : augmentation de 1 293 400 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi.

    Evolution de mai 2007 à avril 2012 : augmentation de 35 % du nombre des demandeurs d’emploi.

    RépondreSupprimer
  9. Mardi 5 juin 2012 :

    Affaire Bettencourt : le juge se rapproche d'une convocation de Sarkozy.

    L'affaire Bettencourt bientôt de retour sur le devant de la scène avec une dimension autrement plus spectaculaire ? Selon plusieurs sources judiciaires, le juge chargé de l'enquête sur l'abus de faiblesse présumé sur l'héritière de L'Oréal a organisé d'importantes confrontations peu avant le 15 juin prochain. Pourquoi avant cette date ? Tout simplement parce que ces jours précèdent l'expiration de l'immunité présidentielle de l'ancien chef de l'Etat. Le magistrat bordelais semble donc s'approcher d'une convocation de Nicolas Sarkozy.

    Premier protagoniste pris dans les mailles judiciaires, Patrice de Maistre, ex-gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt soupçonné d'avoir organisé un financement illégal de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, écroué depuis le 23 mars dernier et dont une troisième demande de remise en liberté a été rejetée mardi, sera ainsi confronté à plusieurs protagonistes vendredi prochain puis le 14 juin. Patrice de Maistre sera notamment mis en présence de quatre anciens membres du personnel de maison des Bettencourt - l'ex-majordome Pascal Bonnefoy, l'ex-comptable Claire Thibout, l'ex-secrétaire Chantal Trovel et une ex-femme de ménage. Une autre confrontation par visioconférence est aussi programmée par le juge d'instruction Jean-Michel Gentil le 14 juin avec René Merkt, avocat suisse impliqué dans des retraits d'espèces, a-t-on appris à l'audience.

    Mis en examen pour "abus de faiblesse, abus de biens sociaux et escroquerie aggravée", Patrice de Maistre a admis avoir reçu dans son bureau de l'argent retiré en espèces en Suisse sur les comptes Bettencourt, quatre millions d'euros au total en 2007-2009, mais assure l'avoir ensuite remis aux Bettencourt et dit ignorer ce qu'ils en ont fait. Les avocats de Patrice de Maistre ont répété à l'audience où sa demande de remise en liberté a été rejetée qu'ils ne comprenaient pas l'utilité de la détention de leur client et suggéré qu'elle était en fait motivée par la volonté de préparer la mise en cause de Nicolas Sarkozy..

    Susceptible d'être inquiété dans ce dossier, Nicolas Sarkozy perdra le 15 juin l'immunité pénale liée à sa fonction qui empêchait depuis 2007 toute audition ou poursuite. Le juge d'instruction s'interroge notamment sur des retraits d'espèces opérés avec la coopération de René Merkt, notamment deux de 400.000 euros chacun au moment de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Ces retraits coïncident dans le temps avec une rencontre entre Patrice de Maistre et Eric Woerth, alors trésorier de la campagne Sarkozy, et aussi avec une possible visite de Nicolas Sarkozy chez les Bettencourt à Neuilly.

    http://lci.tf1.fr/france/justice/affaire-bettencourt-le-juge-se-rapproche-d-une-convocation-de-7335971.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…