Accéder au contenu principal

Passation de pouvoir en France, mais aussi en Europe.

Ce 15 Mai marqua la passation de pouvoir à un Président de la République nouvellement élu, d'un président sortant que les Français ne voulaient plus.
Si les dorures de l'Elysée n'empêchaient d'oublier le président sortant, rappelant toutes les dérives de pouvoir que la fonction peut permettre, le départ de N.Sarkozy m'inspira un grand ouf de soulagement.

F.Hollande hérite du lourd bilan de la situation d'un pays en perte de vitesse, meurtri par cinq ans d'une présidence qui a bouleversé les repères, d'un pays qui aura bien du mal à s'en relever.

Les attentes sont fortes, et pourtant rien ne se fera dans l'instant.

F.Hollande n'était pas encore en fonction, que les spéculations allaient bon train sur sa façon de présider en France. Faisant fi des arguments de campagne, sur le chiffrement de son projet, déjà les polémiques de caniveaux laissaient entendre que la dette exploserait, que les problèmes de la France persisteraient après son élection.

Alors oui, effectivement, il n'y aura pas d'état de grâce, de contexte économique favorable, le redressement de la France ne se fera pas dans les 100 premiers jours de sa présidence. Amen. Les trolls de droite, les militants et sympathisants de l'UMP peuvent maintenant prendre le temps d'apprécier d'être dans l'opposition, François Hollande a la légitimité des urnes pour cinq ans.

Pour Nicolas Sarkozy, c'est vraiment fini. Il laisse un pays meurtri. 

600 Milliards de dettes en plus, 4 millions de chômeurs, la Zone euro au bord de l'implosion, les politiques d'économies se sont avérées inefficaces et ont lourdement pénalisé l'action publique. Les politiques de l'emploi tel que l'encouragement fiscal des heures supplémentaires ont pénalisé l'embauche. La génuflexion aux marchés, le manque de leadership face à l’hégémonie de l’Allemagne rendent coupable l'action de Nicolas Sarkozy.

Ce sont sur ces problématiques majeures que vont se concentrer les actions du nouveau Président de la République.

Et déjà François Hollande est dans l'action, non pas pour se mettre en scène, mais parce que la situation européenne est brûlante. Avec la Grèce, c'est la situation de tous les pays de la Zone Euro qui est dans la balance, y compris celle de l'Allemagne.

Angela Merkel ne pourra pas continuer à s'isoler sur la scène européenne. Si la gauche radicale prend le pouvoir en Grèce, si la France ne veut pas ratifier le pacte de discipline budgétaire, l'Allemagne qui exporte principalement sa production dans la zone euro et qui a besoin aussi d'un bon niveau de croissance de ses partenaires va revoir ses positions.

C'est sur ce rapport de force que F.Hollande a tenté de peser hier soir. Eurobonds, pacte de croissance, chacune de ses propositions ont été égrainées en Allemagne, apportant inéluctablement du poids à un argumentaire qui fait de plus en plus écho au sein de la Zone Euro.

Sans aucun doute la passation de pouvoir en France a eu de lourdes conséquences en Europe.

Commentaires

  1. Les allemands scient la branche sur laquelle ils sont assis mais parient sur les chinois pour acheter leurs produits, sauf que les chinois, le feront un temps puis copieront et couperont les robinets... Ce qui revient à reculer pour mieux sauter.. D'autant que le peuple allemands est soumis à tellement de contraintes qu'ils n'arrivent peut-être plus à réfléchir correctement.
    Mais ce n'est pas la faute des pays du Sud mais de leurs propres dirigeants et des finances...

    A eux de voir ce qu'ils veulent vraiment mais de toutes façons, nous sommes bien tous dans le même bâteau..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si c'est la meilleure économie qui exporte le mieux aux pays extérieurs à la zone euro, elle a besoin de nous...L'Allemagne a besoin du marché européen, c'est son principale client.

      Comme tu dis Christie, nous sommes bien dans le même bateau...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…