Accéder au contenu principal

V.Peillon a raison

Nous étions en voiture, en route pour rendre visite aux grands parents de ma fille de 7 ans qui est en CE1. Et nous apprenons donc à la radio, qu'à la rentrée 2013, sa semaine d'écolière compterait cinq jours contre quatre aujourd'hui.
J'ai de suite pensé que c'était une bonne chose, et ne comprends pas que l'on puisse être compte.
Consultant mon Google reader, je lis Isabelle qui n'est pas pour, indiquant que si elle avait bien voté pour le changement, elle trouvait un tas de raisons à dénoncer cette mesure.

Deux problématiques semblent se détacher : l'aspect organisationnel des parents, et surtout le rythme scolaire d'apprentissage de l'enfant.

Pour ce dernier, il me semble qu'au contraire, c'est une très bonne chose. Il faudrait à mon sens privilégier le mercredi vu que 3 enfants sur 4 se lèvent tôt de toute façon pour aller en centre de loisirs...

La semaine de quatre jours avait cet inconvénient d’alourdir la journée, faire terminer les gosses à 17h c'est tard, de notre temps c'était plutôt 16h30... Dans beaucoup de pays, les gamins terminent même à 15h.
Mais surtout, comme je le constate avec Isabelle, ils ont alourdi les programmes (depuis 2008).

Ma fille, en CE1, a effectivement déjà appris les tables de multiplication, et devrait être initiée aux divisions avant la fin Juin !? Un grand n'importe quoi !
Il vaut mieux, à mon sens, étaler les temps d'apprentissage, plutôt que de concentrer les choses, et de les bâcler...
Du coup, supprimer les évaluations nationales en CE1 me semble aussi une très bonne chose. Prenons le temps de leurs apprendre à bien écrire, bien lire, à maîtriser les bases d'addition et de soustraction... Pour le reste, on a bien le temps de les évaluer durant les trois années restantes avant l'entrée au collège.

C'est en substance ce que j'ai expliqué à Isabelle ce matin en commentaire sur son blog. Mais nous pourrions aller plus loin, cela fait des années que nous constatons qu'en Europe, nos ouailles sont ceux qui étrennent le plus le fond de leurs pantalons sur les bancs de l'école, sans guère de résultats en plus.

On prend souvent certains pays en exemple, je n'ose citer l'Allemagne que l'on cite décidément trop souvent en exemple, mais d'autres pays nordiques également où une part plus importante est faite aux enseignements secondaires, sports et apprentissages culturels, se déroulant l'après-midi, après une matinée d'apprentissage des enseignements premiers.

La semaine de 4 jours est une exception Française : En Belgique, les enfants se rendent 5 jours sur 7 à l'école, comme en Allemagne, en Angleterre, en Grèce... Dans ces pays, il n'y a que six semaines de congés d'été, toute l'année les enfants n'ont cours que le matin, et l'après-midi, ils terminent l'école à 15H.

Si on écoutait vraiment les experts, nous nous préoccuperions moins des aspects économiques (tourisme), et organisationnels des parents, et nous enlèverions deux semaines de congés d'été comme c'est le cas dans ces pays où les vacances d'été se déroulent de la fin Juillet à début septembre.

L’arrêt de la semaine à 4 jours est un bon début. David, Juan semblent d'accord, qu'en est-il des professionnels, nul doute que le sujet devrait provoquer le débat au sein de la profession. L'application pour la rentrée 2013 permet de voir venir.

Commentaires

  1. le changement c'est pour toute a l'heure

    RépondreSupprimer
  2. la matinée du mercredi au centre aéré à jouer et celle passée à l'école à bosser, c'est pas comparable, les gosses ont besoin de jouer, de rêver pour grandir ( enfin c'est mon avis ) Comme je l'ai dit de nombreux enfants ont le mercredi pour leurs activités sportives ou culturelles, sans compter les rdv médicaux.
    quant à faire des journées plus courtes, oui, mais quelles solutions pour occuper les enfants en attendant que les parents sortent du boulot, sachant que beaucoup de gamins à 16H30 vont à la garderie, parfois jusqu'à 18H ( enfin par chez moi ;-)va-t-on proposer des activités encadrées par des adultes dans chaque bourg dès 15 heures ? quel va en être le coût ? le modèle allemand en la matière ne fonctionne pas si bien parait-il, beaucoup d'enfants se retrouvent seuls devant la télé par manque de moyens ou de structures pour les accueillir.
    la durée de la journée scolaire, et, de la semaine scolaire est un casse-tête méritant une concertation approfondie, et lorsque l'on discute avec les enseignants, ce n'est pas la durée qui est remise en cause, mais le contenu trop dense des journées par rapport à des programmes trop lourds, trop vastes...
    en tous cas, notre discussion permet de voir tous les avis, c'est aussi ça le changement :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, de toute façon il n'y a pas de modèle idéal...une certitude et nous en faisons le constat tous les deux, les programmes sont trop lourds. Les tables de multiplication en ce1, ça m'avait choqué. C'est quand même intéressant de s'interroger la dessus. Il faudrait donc plus étaler dans le temps les phases d'apprentissages...

      Supprimer
  3. En Espagne aussi, c'est la semaine de 5 jours. Les cours commencent à 9h pour se terminer en début d'après-midi, vers 15h, il me semble. Chez les plus jeunes, en tout cas.
    En fait, tout dépend de l'enfant.
    Fiston a préféré les semaines de 4 jours. ça lui était insupportable d'aller en classe tous les jours. Il a testé les 2 formules.

    Surdoué avec une neuropathie, inutile d'en rajouter à la fatigue. Aujourd'hui, encore, il est adepte des cours du soir, concentrés mais sur peu de temps. C'est ce qui lui convient le mieux.
    Mais c'est un cas, très particulier...

    Ceci dit, le problème des horaires de cours est un problème de société. Le temps de travail, la volonté de travailler des femmes, la solidarité, les enfants trinquent. Personnellement, je me suis arrêtée de travailler à la naissance de mon gamin. J'étais animatrice de BCD et j'ai trouvé plus normal de m'occuper de mon fils, d'autant que je sentais bien qu'il y avait un souci de santé.

    Mais je reconnais que d'une part la société voit d'un mauvais oeil les "femmes au foyer" appelation qui a un caractère légèrement péjoratif. La sacro-sainte indépendance des femmes est portée au nues à outrance. Et d'autre part, une femme qui s'arrête à du mal à retrouver sa place dans le monde du travail.
    Tout cela devrait être réfléchi en même temps. Et quoi que l'on en dise ou quoi que l'on en pense, c'est lié..

    RépondreSupprimer
  4. "qu'en est-il des professionnels" ?

    Du tourisme ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pensais à nos camarades blogueurs personnels de l’éducation, ceux du tourisme on s'en fout !

      Supprimer
  5. Une chose est sûre, c'est que pour la plupart des enfants, cela ne changera pas leurs temps de présence dans l'école ou tout autre structure. Si le temps passé aux apprentissages scolaires dans la journée est écourtée au profit d'activités sportives, culturelles : musique, théâtre, dessin et j'en oublis... cela permettra certainement à un plus grand nombre d'enfants d'avoir accès à ces activités péri-scolaires (ou para-scolaires) si important au développement des enfants.
    Cependant, la prise en charge tant sur l'organisation, les moyens humains (et la formation des personnels) que sur les coûts financiers ne doit pas seulement dépendre des collectivités locales et leurs "bon vouloir".
    Il faudra aussi travailler avec le corps enseignant pour parvenir à cette "refondation" Au delà de l'effet d'annonce, la tâche est lourde, le chemin est long...

    RépondreSupprimer
  6. Oui Christie, il est question ici des enfants en primaire... Et effectivement le fait d'avoir la maman à la maison simplifie les choses et quand ce n'est pas le cas, il n'est pas évident de s'organiser.

    C'est bien un problème de société, et le monde de l'entreprise par exemple, doit prendre ses responsabilités. Je pense aux partenariats entre certaines grandes entreprises et municipalités qui financent la construction de nouvelles crèches.

    Et comme Isabelle en parlait, le commentaire de OSEM va dans ce sens aussi, il est bien question aussi de moyens.
    De savoir soutenir dans l’éducation nationale l'emploi d’éducateurs, de personnels d'aides aux devoirs, de salariés des municipalités bien formés à l'encadrement des activités culturelles et sportives.

    Je crois qu'avec l'embauche pour cette prochaine rentrée scolaire de 1000 nouveaux salariés, le plan de 60 000 sur cinq ans, les rythmes scolaires font partie d'un projet qui va être progressivement mis en application après concertations comme le rappelait le premier ministre J-M.Ayrault ce matin, des partenaires sociaux et professionnels enseignants.

    Tout cela est lié, et c'est bien une question de priorité politique. C'est plaisant de voir que F.Hollande ait mis autant la jeunesse en avant. Nous en avions besoin.

    RépondreSupprimer
  7. Excellent billet!

    Christophe
    www.profencampagne.com et http://www.scoop.it/t/profencampagne-le-blog-education-et-autres

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…