Accéder au contenu principal

Ni godillot, ni révolté... mais c'est la rentrée, et ça va chier !

Je ne pourrai vous expliquer les raisons d'une si longue absence, comme je l'ai fait de manière privée à certains leftblogs, mais je suis de retour.

Ce qui m'agace beaucoup en général dans la vie et à propos de toute chose, c'est ce coté si typiquement français. Ce côté très râleur de celui qui a toujours un avis sur tout, sans pour autant maîtriser les tenants et aboutissants de ce sur quoi nous nous exprimons.
Ce n'est pas qu'au sein des blogs nous ayons la science infuse, mais cette activité permet de "se tenir au courant". S'en éloigner montre l'état de désinformation dans lequel se vautre le français lambda.

Les sujets sont nombreux : crise de la dette, inflation des prix, du chômage, et les français ont pris l'habitude avec N.Sarkozy, ses gesticulations et ses propositions de lois pour chaque dossier, de juger très vite, de vouloir voir des résultats rapidement.

Je crois que F.Hollande veut aussi du changement dans cette relation de confiance entre classe politique et électeurs ; si dans un premier temps le style surprend, les français pourraient se rendre compte ensuite que rien ne justifiait de se presser, bien au contraire...

Parer au plus pressé, et gagner du temps.

Il faut relancer la machine économique, emploi, consommation, croissance sont étroitement liés. La session extraordinaire du parlement est avancée d'une semaine au 10 septembre pour examiner notamment le texte sur la création d'emplois d'avenir, une véritable bouffée d'oxygène.

Il fallait des mesures d'urgence comme la baisse temporaire des prix de l'essence avant la mise en place d'un dispositif plus pérenne. Après le budget rectificatif de 2012 avec lequel il a fallu composer, c'est bien sur l'élaboration du budget 2013 que nous pourrons réellement jauger l'efficacité des politiques menées. Et ce sont celles-ci qui seront sous surveillance, et pas seulement des opposants politiques en France.

Souvenez-vous, avec la victoire de F.Hollande, on nous prédisait une grande catastrophe, le basculement de la France dans un destin à la Grecque. Il n'en est rien, les agences de notation sont toujours clémentes, mais la crise de la dette est pourtant bien réelle.

A travers les difficultés de la Grèce, de l'Espagne, c'est toute l'Europe qui est sous surveillance, et qui doit se réformer. Les rapports de forces politiques en son sein n'ont pas changé avec la victoire en France de F.Hollande, et c'est toujours la droite des Merkel, Barosso, et autre Mario Draghi (BCE) qui mène la danse.

Mais, N.Sarkozy n'a pas su ou voulu insuffler une alternative à l'austérité en Europe...

On peut comprendre que la droite d'ici ou d'ailleurs s'agace de voir que ce gouvernement ne prend pas ou ne continue pas les politiques d'austérité que les précédents ont mis en oeuvre, telle que l'augmentation de la TVA, je crois au contraire que nous à gauche, nous devons nous en féliciter.

La France doit donc résister pour faire valoir ensuite à ces différents intervenants de l'avenir européen, que les politiques d'austérité menés jusqu'alors n'ont pas été suffisante, que nos solutions (Eurobonds, taxe sur les transactions financières...) sont à adopter.

Je vais donc continuer à débattre ici de ce qui oppose la droite de la gauche, des droites des gauches, des actions et politiques menées par le gouvernement, et même celles qu'il ne prendraient pas.

Et puis, nous ne laisserons pas la droite à ses dissidences, à ses batailles de courants, au ridicule des déclarations des Morano, Fillon et Copé ; la bataille de l'UMP aura bien lieu, je m'en délecte déjà.

C'est la rentrée. [et sawachier comme disait l'autre...]

Commentaires

  1. Après une très longue absence due aux vacances en famille, pas d'internet et pas d'infos sauf espagnoles, j'ai un peu perdu le fil.. J'ai un peu tout gobé et n'importe quoi..

    Revenons donc à nos moutons, à nos et à nos réflexions sur tout et rien.

    Personnellement, je n'attends aucun miracle soudain, j'espère juste que les français sortir de leur "sommeil" de Blanche-Neige.. Il n'y a pas de prince charmant, juste des êtres humains qui font ce qu'ils peuvent et ils ne peuvent pas tout.. La crise est européenne et mondiale.. Humaine aussi.. On veut tout partout, n'importe où et tout de suite.. ça ne marche pas, normal puisque la vie suit son cours avec ou sans nous.

    Et il y a tout ce que l'on sait et beaucoup plus que l'on ne sait pas... Et c'est sur cela qu'il faut se baser. Internet nous offre la possibilité de se renseigner sur de nombreux sujets.. Alors profitons-en pour essayer de comprendre comment ça marche sinon "sawachier"...pour sûr mon brave monsieur.
    J'espère que tu vas bien et ta famille aussi.
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  2. Oui, les solutions à la crise passent par l’Europe...

    Merci Christe. (nous allons bien j’espère que vous aussi). @+.

    RépondreSupprimer
  3. Stef is back: attention ça va chier!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…