Le secteur du Luxe sanctionne le "Casse toi riche con !" de Libération

Les différentes sociétés du groupe LVMH ont fait savoir qu'elles retiraient leurs opérations publicitaires, soit l'équivalent de 150 000€ en moins pour le quotidien. D'autres entreprises du secteur du Luxe ne dépendant pas du groupe du richissime B.Arnault auraient par solidarité accompagné cette campagne de désengagement. En tout on estime à 700 000€ les pertes pour le journal "Libération".

Sanctionner pour éduquer ?

Assistons-nous à des règlements de compte de coulisse ? Apparemment oui, et c'est d'ailleurs étonnant de constater "la solidarité" dont font preuve ses sociétés du secteur du luxe, qui d'une seule voie sanctionnent. N'entendez-vous pas cette complainte, de celles et ceux qui  s'offusquent que l'on dénonce trop fortement les dérives des exilés fiscaux ? Il devient difficile, pour ceux à qui la réussite sourit, de voir que le petit peuple se débatte trop dans sa crasseuse situation, et qu'à remuer la merde, il finisse par les éclabousser.

Au moment où la situation sociale du pays est de plus en plus difficile, l'effort national demandé, en terme du paiement de l'impôt, de lutte contre les paradis fiscaux et d'exil fiscal, est légitime.

Rotchild, le principal actionnaire du journal "Libération", avait soutenu la rédaction et sa "une" pour le moins offensive. Si lui même est riche à Milliards, a une double nationalité, il s'était amusé lors de l'émission "Le Grand Journal" sur Canal+ de cette polémique qui n'en finissait plus. De la posture malheureuse d'un Bernard Arnault qui s'étonna d'une telle attaque qu'il se sentit obligé d'attaquer en justice pour cette invective, ce cri du cœur "casse toi riche con !".

Ah on en finit pas de s'en offusquer, quand bien même ces personnalités riches à milliards nous assurent qu'ils resteront résidents fiscaux, nous ne pouvons que regretter le manque d'attachement à leur patrie, de ces hommes qui envisagent si facilement de se domicilier à l'étranger, quand nous, simples citoyens français, avons tant de mal à maintenir notre pouvoir d'achat, quand le prix du logement, le niveau des taxes et impôts nous asphyxient.

Sanctionner pour éduquer ?

La réaction de notre milliardaire de Rotchild, actionnaire principal du journal "Libération", semblait celle-ci un peu plus saine et de bon sens, il déclarait sur la taxation à 75% des revenus les plus aisés, qu'il est normal que durant deux ans, un effort soit fait par ces populations. Il était question dans son idée de réhabiliter l'impôt.

Finalement tout le monde se dit qu'il faut sanctionner pour éduquer.

Commentaires

  1. Et après y'aura toujours des guignols pour dire "mais non le pub n'est pas un problème pour la liberté de la presse"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, un système vérolé par la finance...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !