"On veut du changement !"

Quelques militants de la CGT ont scandé leur volonté de changement à F.Hollande qui s'exprimait justement hier pour essayer d'apaiser les impatiences de celles et ceux qui l'ont élu.

Alors bien sûr, on peut lire que FH a été bousculé par la CGT, "secoué" titrait I-télé, ou même simplement fraîchement accueilli écrivait encore le Parisien. Doit-on voir là une manœuvre, une action syndicale de grande ampleur, diligentée, votée par la commission exécutive de Montreuil, de "la" CGT ? ou l'action d'une poignée de militants Cgtiste qui comme tout syndicat CGT est autonome dans ses actions ?

Lors de la visite de cette foire à Chalons en champagne, F.Hollande a été aussi interpellé par des salariés d'une entreprise de fabrication de matériel médical qui ne sont plus payés depuis Novembre dernier me semble t-il.
Ils ont bien eu raison, d'ailleurs FH l'a dit lui même, ce genre de visite est faite pour "entendre l'exaspération des salariés qui ne sont pas payés depuis longtemps, d'autres qui attendent des solutions depuis des semaines"."Ils espèrent beaucoup dans le changement, c'est à moi de leur dire les étapes qui permettront d'y parvenir".

Et puis il y a cette attaque puante lancée hier par la CFDT sur la journée de mobilisation du 9 Octobre, annoncée par la CGT dans le cadre de la semaine de mobilisation européenne pour l'emploi industriel. On voit que le leadership du premier syndicat de salariés en France dérange toujours autant...

Je dirais que c'est tant mieux, le temps où N.Sarkozy décidait seul est terminé. Il faisait l'erreur de penser qu'il pouvait réformer sans l'aval des français, en ignorant les salariés grévistes. Aujourd'hui le gouvernement ne sert plus la soupe aux seuls mêmes syndicats, ceux des patrons, c'est aussi ça le changement.

Il faut dénoncer les manoeuvres du MEDEF, j'en parlais ici. Que chacun prenne ses responsabilités, si la CFDT choisit comme à son habitude l'immobilisme, qu'elle en réponde devant ses adhérents. Les associations, les syndicats, la société dans son ensemble va pouvoir être acteur du changement que le gouvernement ne pourra impulser seul.

Ce 9 octobre est une journée de mobilisation en Europe pour l'emploi industriel, F.Hollande l'a dit "l'urgence c'est l'emploi". Si la mobilisation est réussie, cela donnera plus de poids au gouvernement pour imposer au MEDEF des conditions plus favorables aux salariés.

Il n'y a donc pas de problème.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !