Accéder au contenu principal

Blogueur de Gouvernement ? Bof...

Cette notion de blogueur de gouvernement m’ennuie prodigieusement.
Déjà pendant la campagne présidentielle, les blogs militants étaient franchement chiants, à répéter continuellement les mêmes arguments, idées défendues par leurs poulains, aujourd'hui continuer sur cette voie me semble être une impasse pour le devenir des blogs tels que nous les avons connus.

Que les militants encartés puissent trouver avec leurs lecteurs un intérêt à continuer ainsi est normal, pour les autres, ils serait bon de retrouver un minimum de sens critique.

Que veut dire blogueur de gouvernement ? Ne pas en être ne veut pas dire que vous êtes contre le gouvernement, s'en proclamer me semble être un carcan qui empêche d’asseoir son analyse.

Certains s'interrogent sur la fréquentation de leur blog, ne cherchez plus.

Commentaires

  1. D'accord avec toi, je suis fondamentalement socialiste, ou du moins je pense au bien être de mon prochain, ce qui ne m'empêche pas de vouloir évoluer pour moi-même, comme on dit souvent "charité bien ordonnée commence par soi-même"... j'aime l'idée de l'égoïsme altruiste... mais j'avoue que ce lèche-bottisme à droite comme à gauche me fatigue royalement.. Quand ça ne va pas, on doit le dire et chercher ce qui peut marcher. Avoir des oeillères, ne mènent à rien qu'au délitement de la démocratie..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et il y a pourtant bien des sujets et des raisons de dire que ça ne va pas...

      Supprimer
    2. Je sais bien, il y énormément de choses qui ne vont pas même si la gauche est porteuse d'espoir et que 5 ans c'est long mais ça peut être aussi très court et dans ma vie personnelle, je ne vois pas de changement en mieux..Qui concerne le handicap, la maladie, la protection sociale, même si je suis moins stressée que sous Sarko, il y a encore beaucoup de sujets d'inquiétude dans l'attribution de logements par exemple.. J'ai de quoi largement râler...Pour moi comme pour d'autres..

      Supprimer
  2. Ça veut dire aussi ne pas être dans la critique permanente. Quand on était blogueur d'opposition, le job du blogueur était de chercher la petie bête. Il faut passer à autre chose et certains ne le font pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut être faut-il être simplement dans la critique nécessaire quand elle l'est... Mais on peut aussi aborder tous les sujets sans forcément critiquer le gouvernement.

      Non, j'aime vraiment pas cette notion de blogueur de gouvernement...

      Supprimer
    2. Elle n'existe que dans l'esprit d'abrutis qui s'en servent pour nous taper dessus. Alors nous l'avons reprise à notre compte.

      La situation des blogs politique est bizarre : j'ai constaté qu'à l'exception de Politeecs, Sarkofrance, Romain B et moi, la production de billets politiques a largement baissé. Surtout, mon nombre de lecteurs pour chaque nouveau billet est dérisoire (la moitié de la normale peut-être, phénomène que me confirme certains). Ça fait 5 ou 10 jours que ça dure.

      Parmi les 4 que je cite, 3 sont ouvertement de gouvernement, Politeeks est un peu plus éloigné. Les blogs d'opposition de gauche sont atones. Et beaucoup de blogs politiques ne font plus de billets politiques mais conservent une audience correcte.

      Ainsi depuis que la notion de blog de gouvernement est arrivée les blogs politiques semblent au repos (écriture et lecture). Étrange.

      Supprimer
    3. Peut être faut-il essayer d'occulter l'action du gouvernement, ou du moins les polémiques que l'opposition tente d'alimenter (quelle soit de droite ou de gauche)... Nous avons de toute façon un avis sur tous les sujets que nous traitons depuis de si longues années... Il est vrai que Politeeks semble plus facilement se détacher du truc, à méditer...

      Supprimer
  3. Ah ces "blogueurs anti-gouvernement", dès que ça va "mal" d'après une certaine presse, on s'écarte, on prend la posture "critique" etc.
    Le courage en politique (et sur les blogs), c'est aussi avoir la faculté d'expliquer un état de lieu sortant et, les difficultés structurelles dans la mise en œuvre des décisions du changement.

    La facilité critique gagne du terrain. Chacun ses convictions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sûr que le contexte n'aide pas, ptet plus revenir la dessus... de toute façon l'opposition restera critique... alors, soyons plutôt force de propositions comme lorsque nous étions dans l'opposition. C'est toujours possible...

      Supprimer
    2. Il faut aussi dire que: Passer de la critique, d'une culture-blog d'opposition à la défense des propositions du gouvernement exige plus d'effort (arguments, pédagogie, justesse etc.)

      Alors, certains deviennent blogueurs Anti-gouvernement, par paresse.

      L'étiquette "blogueur de gouvernement" me convient. Libre, je préfère écrire sur la musique, faire un billet Geek ou d'humour, que de taper sur Hollande-Ayrault.

      C'est un choix , le mien.

      Supprimer
  4. Je me considère comme un blogueur de gouvernement. Je n'abandonne pas mon sens critique, loin de là, mais je soutiens clairement le gouvernement en place. Comme Bembelly ou Nicolas ou Juan, j'entends être fidèle à mon vote. Pour moi, il est primordial de ne pas baisser la garde.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…