Accéder au contenu principal

Besoin de décisions courageuses.

La notion de blogueur de gouvernement n'en finit pas d'interroger les Leftblogs. En découle la volonté chez certains d'afficher clairement leur approbation de la politique menée, quand d'autres nuancent leur soutien.

Je fais partie de ceux qui approuve mais avec beaucoup de réserve.
Je suis très satisfait par exemple des orientations prises dans l’éducation nationale, mais reste dans l'attente de décisions courageuses dans l'industrie.

Par exemple, l'interdiction des licenciements pour les entreprises qui font des bénéfices est peut-être difficile à mettre en oeuvre, mais des propositions de solutions existent.
La modulation des exonérations sociales en fonction de garanties de maintien de l'emploi, sont des revendications déjà portées par les syndicats et qui ont du sens, au moment où les pressions du patronat se font fortes dans les négociations sur la flexibilité et la compétitivité en entreprise.

Il ne faudrait pas que les méthodes du gouvernement, qui consistent à faire du dialogue social une condition sine qua non à toute réforme, empêchent à terme de prendre des décisions fortes. Si il peut y avoir consensus entre droite et  gauche sur un point, c'est que la France a besoin de se réformer pour avancer.
Ce sont maintenant au delà des méthodes, les idées qui feront la différence. Alors oui, j'approuve mais j'attends encore.

Commentaires

  1. J'approuve aussi mais pas à 100pour100..Je ne crois pas au partage égalitaire total mais plutôt à l'évolution des mentalités pour un partage tendant vers l'égalité, ce qui est différent et respecte la notion de liberté personnelle.. Si on brime trop cette liberté ou si on lui donne trop de champ, ce sont les plus fragiles qui en pâtissent.
    Il faut un juste milieu, enfin une ligne de conduite la plus juste possible.. L'égalité totale, je n'y crois pas vraiment, elle n'a jamais été vraiment mise en place, c'est impossible car nous sommes tous différents les uns des autres et c'est cela la vraie richesse..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il est souvent déroutant de constater les différences d’appréciations des uns et des autres sur l'égalité de traitement. C'est très subjectif, et les gens semblent souvent se replier sur leurs propres intérêts, d'autant plus en ces moments de crise...

      Supprimer
  2. J'approuve!
    Ce n'est que la rentrée des classes, attendre la fin de l'année (du mandat), voire la fin des vacances de février (FHollande a dit 2 ans!) pour analyser la chose et éventuellement critiquer..

    [je comprends les reserves ;-) ]

    I'm de Gauche And I'm proud.

    RépondreSupprimer
  3. J'approuve!
    Ce n'est que la rentrée des classes, attendre la fin de l'année (du mandat), voire la fin des vacances de février (FHollande a dit 2 ans!) pour analyser la chose et éventuellement critiquer..

    [je comprends les reserves ;-) ]

    I'm de Gauche And I'm proud.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que nous avons un gouvernement qui contrairement au précédent se nourrit des critiques constructives pour avancer, c'est aussi ça le changement qui a du mal à passer...

      Supprimer
  4. Oui et non ! Le concertation doit rester la base. Je lisais un billet de blog, hier, qui disait que si le Medef laissait trainer les négociations sociales c'était bien pour pousser le Gouvernement à légiférer, pour pouvoir s'y opposer ensuite et "prendre des mesures".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La concertation est nécessaire, mais il faut aussi trancher, il y aura forcément des déçus...

      Supprimer
  5. ahhhh ! Nous y voilà. tu vois qu'avec un peu de bonne volonté, nous pouvons nous mettre d'accord ! Une bonne idée, cette loi contre les licenciements boursiers. ça pourrait nous faire un point commun... ça manque, en ce moment, entre #nddl et l’histoire d'Aurore Martin.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…