Accéder au contenu principal

Ces pauvres chirurgiens


Ne mélangeons pas tout, si il y a bien des raisons de revendiquer pour améliorer les parcours de soins,  l’accès aux soins, les conditions de travail ou même toute considération sur la liberté d'installation des médecins, la grogne des chirurgiens, elle, me parait mal venue.

N'y a t-il pas là comme un décalage ? Au moment où c'est toute l’Europe qui connait une crise économique sans précédent (rappelons qu'il y aura des travailleurs en grève ce mercredi 14 pour dénoncer les politiques d'austérité), où il est question en France de demander à l'ensemble de la population, y compris aux plus précaires, un tour de vis fiscal, la demande de hausse des tarifs des actes de chirurgie par ces praticiens me scandalise.

Vivons nous tous dans le même pays ? Après l'opération téléguidées des "pigeons", de ces entrepreneurs affolés par tant d'attaques gouvernementales sur leurs petites situations, ce sont maintenant nos pauvres chirurgiens qui se plaignent du manque de considération à leur égard.

Nous parlons ici de salariés en milieu hospitalier qui, en débutant, gagnent 3950€/mois, et qui après quelques années d'expériences peuvent gagner 7200€/mois. Il est également possible de mixer profession libérale et profession salariée. La grogne vient du fait qu'on veuille plafonner l'acte de chirurgie à 150% du plafond de remboursement de la sécu, une paille.

Qu'il y ait un effort pour les jeunes internes (non-chirurgiens), qui dans certains cas peuvent travailler  plus de 60 heures pour quelques 1500€ net le mois, c'est une chose, tenter un hold'up façon #Geonpi maintenant pour ces pauvres chirurgiens me semble tenir du foutage de gueule.

Commentaires

  1. faut les comprendre
    au prix du mètre de yacht et avec le tarif de location des anneaux ,
    ces pauvres chirurgiens et autres anesthesistes ne s'en sortent plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous les chirurgiens n'ont pas de yacht comme vous dites, ni même de superbes villas sur les hauteurs de cannes ou dans les beaux quartiers de Paris.
      Sachant qu'ils bossent plus de 70h voire 80h par semaine, qu'ils ont une pression énorme(ils exercent un métier qui par définition comporte des risques et un patient est prêt à faire un procès pour n'importe quoi aujourd'hui), que les actes médicaux n'ont pas été revaloriser depuis 30 ans (vous diriez quoi si votre salaire n'était pas revalorisé régulièrement?), etc.... il me paraît légitime qu'ils expriment des revendications (au même titre que tout travailleur qui organise des grèves en France). Le gouvernement doit écouter et prendre les décisions qui seront les plus justes pour les médecins et pour les patients.

      Supprimer
  2. Nous voulons qu'on prenne enfin en compte la parole des jeunes. Par exemple, nous voulons être signataires des conventions ce qui n'est jamais le cas. Ainsi nous avons totalement été exclus de la négociation et de la signature de l'accord le sur les dépassements d'honoraires le 25 octobre qui pourtant nous concernent.

    on commence à prendre l'avis des futurs médecins à partir de quand ? deuxième année de maternelle ?

    RépondreSupprimer
  3. Avez-vous également des revendications sur le système de soins ?

    - Nous sommes très inquiets d'une entrée des mutuelles au sein de l'assurance maladie [l'accord signé le 25 octobre sollicite les mutuelles pour revaloriser les tarifs des médecins, NDLR] Nous y voyons un risque de privatisation de l'assurance maladie. Nous voyons fleurir des propositions de loi pour permettre aux mutuelles de créer des réseaux de soins [qui pourrait amener pour le patient à une différence de remboursement selon que le médecin est affilié ou non à la mutuelle, NDLR]. Nous craignons une entrave à la liberté de choix du médecin pour le patient. Actuellement, on organise un débat sur la surveillance du médecin, mais il est impossible d'organiser la surveillance des mutuelles, et notamment de leurs frais de gestion. Nous supposons qu'il y a là beaucoup d'argent aux vues de leurs énormes campagnes de communication et de publicité.

    faudrait pas confondre ASSURANCES COMPLEMENTAIRES (capitalistiques avec actionnaires gourmands) et les vraies mutuelles
    on crée volontairement la confusion

    RépondreSupprimer
  4. Vous avez fait un calcul du tarif horaire une fois l'assurance pro (30 000 euro?) et les divers réjouissances (URSAFF, etc) payées?
    Sans parler des tranches d'impositions.
    On doit pas être loin du SMIC horaire.
    On a la médecine qu'on mérite, la vérité c'est que tous les grands spécialistes qui partent à la retraite ou jettent l'éponge ne sont pas remplacés.
    Ps: Je ne suis pas médecin, je suis salarié et je ne change pas ma place contre mes amis qui sont spécialistes et surendettés avec des compte dans le rouge.

    RépondreSupprimer
  5. Désolée mais je suis d'accord avec le titre, l'article et Bob ;
    Je n'ai aucune ressource pas de mutuelle et je suis multi-pathologies du fait que je ne me soigne plus depuis 2 ans...Normal, puisque pas de sous...Habitant le trou du cul du monde, la seule généraliste a cessé d'exercer...à 35 ans maxi...Serment d'Hypocrite...J'espère que je mourrais d'une crise cardiaque, pour faire chier personne...Allez A+ JBL1960

    RépondreSupprimer
  6. C'est le foutoir partout à lire les commentaires ici et là. La sagesse consisterait à se poser les bonnes questions ... enfin!Chacun devrait chercher à s'amélorier,à progresser à un niveau individuel. Commenter les déclarations des uns et des autres ne sert à rien.Moi aussi j'habite un endroit isolé qui n'interesse aucun mèdecin pour l'instant et cela depuis un bout de temps.Moi aussi je travaille plus de 80 h par semaine et pour pas grand chose. Moi aussi j'ai des enfants à nourrir, à scolariser, à soigner à éduquer. Je me lève chaque matin en faisant ce qui doit être fait et en pensant à tous les humains qui ont du lutter pour survivre ! je garde toute mon énergie pour cela .

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…