Accéder au contenu principal

Pas un mot ou si peu sur le #14Nov2012 ! @fhollande pouvait-il s'abstenir ? #Confpr

Je l'aime bien François Hollande, car après tout c'est bien lui qui a permis de battre Nicolas Sarkozy. Mais aujourd'hui  il me semble perdu notre Président de la République.
Pourquoi céder à la pression médiatique, se justifier encore et encore et occulter l'essentiel ? Peut-être fallait-il répondre aux questions des journalistes, mais lors de son long discours en première partie de conférence, F.Hollande n'a pas eu un mot pour la mobilisation des travailleurs français qui pour beaucoup seront en grève demain.
Contraint par une des dernières questions, il a effleuré le sujet à la fin pour expliquer que ces manifestations n'avaient pas lieu contre sa politique. Un décalage certain qui aura marqué les esprits chez celles et ceux qui se mobilisent dans l'espoir que les travailleurs européens se fédèrent. Une déception pour des français qui ne comprennent pas la hausse de la TVA décidée dernièrement.  De ces renoncements aux promesses, tels que la non-augmentation d'une Tva considérée comme l'impôt le plus injuste. Des renoncements qui touchent les français les plus précaires, de ses promesses de campagne comme l'interdiction des licenciements boursiers qui désespèrent les travailleurs français.


N'y avait-il pas comme un déni de réalité ? Pourquoi convoquer la Presse comme N.Sarkozy pouvait le faire ? Ne se refusait-il pas à convoquer les journalistes à l'Elysée ? F.Hollande donne l'impression de se chercher encore, entre un style Miterrandien plutôt discret et les méthodes de son prédécesseur qui brassait beaucoup de vent pour rien.

Se justifier déjà ? Qu'il y ait un tas de raisons pour expliquer que toutes les attentes ne puissent être satisfaites, les français peuvent le comprendre. C'est toute l'équipe gouvernementale qui ne cesse de répéter comme un disque sans fin qu'ils ne pouvaient faire en six mois ce que le précédent gouvernement n'avait pas fait en cinq ans.
Le problème est là, nous n'attendons pas d'un gouvernement de gauche qu'il fasse ce que la droite aurait du faire et n'a pas fait, mais de simplement prendre les mesures que François Hollande avait avancé.

Le changement c'est maintenant ?

Mais à l'écouter notre président, on comprend que les engagements de réduction des déficits ne permettent pas à F.Hollande d'aller plus vite. En filigrane on comprend que le changement sera long à mettre en oeuvre, qu'une bonne partie du programme électoral devra attendre. Il était là le message de la conférence de presse ?

Chez Politeeks ce matin on pose pourtant les bonnes questions : quid de l'interdiction des licenciements boursiers ? Qu'en est-il de cette volonté affichée de supprimer les niches fiscales ? Sur la réglementation des tarifs bancaires ? Des questions, nous pourrions en répertorier des centaines à poser au Président. Sur le logement, sur le monde associatif, sur la santé, etc, etc,... Alors quel était le but de cette conférence de presse aujourd'hui ? Une heure, deux heures, trois heures de questions-réponses ne suffiraient de toute façon pas. Les français ont voté, c'est l'action qui doit maintenant prédominer.

Pas un mot sur la mobilisation du 14 Novembre

A la veille d'une mobilisation importante des travailleurs français dont il a à peine évoqué la situation, peut-être aurait-il fallu être dans l'action encore ces quelques semaines pour faire un point en cette fin d'année, lors des voeux de la Saint sylvestre par exemple. La dynamique aurait-été plus naturelle, moins apparentée à une opération de communication dont on se demande encore quel en était l'objet.

Le directeur de l'école primaire de ma fille remerciait dernièrement ces millions d’électeurs qui ont permis l'arrêt du désossage de son outil de travail par Nicolas Sarkozy. Il y a bien des raisons pour ne pas regretter notre vote, espérons que les français continuent encore à s'y retrouver. Moi j'ai comme un doute.

Commentaires

  1. Ben heu... Pourquoi aurais tu voulu qu'il fasse autre chose ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu de considération aurait été le minimum...

      Supprimer
    2. C'est plus qu'un minimum qu'il aurait du faire, à mon avis, pour montrer son respect de la démocratie !!
      A moins que ce soit la démocratie qui soit en crise....
      Entre une démocratie représentative à bout de souffle, car nous sommes maintenant beaucoup à votre contre quelqu'un et non pour quelqu'un ...;;
      Et une démocration participative, donnant la parole à tous, et à commencer par la rue, et qui elle n'est pas entendue....
      Il y a comme un hic

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Oh mais il a dit que ça n'en était pas une... Allant jusqu'à prétendre que la mobilisation des travailleurs en Europe donnait du poids à sa politique, là c'était limite surréaliste.
      Je crois qu'il ne prend pas assez la mesure du ressenti des gens sur son reniement à propos de l'augmentation de la TVA.
      Heureusement que nous sommes en début de quinquennat.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…