Accéder au contenu principal

The Economist n'a pas complètement tort !

"La France est une bombe à retardement au sein de l'union européenne" 

C'est le magazine économique américain qui l'affirme, et même si le titre semble racoleur, la situation  économique du pays reste effectivement très inquiétante.

Très peu de détails ont été rapportés de cette "une" à paraître en date de ce 17 Novembre, mais il suffit de regarder froidement les voyants économiques de la France pour établir ce terrible diagnostic.

Pourquoi une bombe à retardement ? Certainement pour les mêmes raisons qui obligent aujourd'hui l’Espagne, et avant elle l'Italie, à prendre les pires mesures d'austérité. Pourquoi ? Parce que 4 ans après la crise financière de 2008 qui a eu pour conséquences les crises économiques que nous connaissons aujourd'hui, nous sommes toujours à la merci des Banques.

Ce n'est pas de la responsabilité du gouvernement actuel, mais il faudra bien faire face. Au moment où la presse française semble clémente avec F.Hollande qui aurait été convaincant lors de sa conférence de Presse de ce début de semaine, rappelons que la situation des salariés en licenciement économique n'a même pas été abordée.
Elle est pourtant essentielle !  Souvenez-vous des précisions qui ont été apportées lors de l'annonce du sauvetage de PSA, il fallait financer la banque de financement de PSA. Incroyable ! On nous explique qu'il faut que l'Etat apporte 7 milliards de garanties à une entreprise pour qu'elle puisse financer l'achat de ses produits. L'état français jouerait-il le rôle des banques ?

Nous sommes toujours dans une crise de confiance, les banques qui se prêtaient entre elles jusqu'alors, ne le font plus maintenant.

Les décisions politiques manquent donc cruellement ! Et au delà de la situation de la France, c'est toute l'Europe qui en pâtit. Pour financer l'économie, il faut que nos banques centrales puissent prêter directement aux états. Il faut stopper la pression financière sur nos économies.

Commentaires

  1. Réponses
    1. Tu n'es pas objectif, la "bombe" a été fabriquée bien avant 2012, Hollande ne l'a pas désamorcée, mais le peut-il vraiment ?

      Supprimer
    2. Laisse tomber stef, il n'a pas perdu que des "pas", enfin, je crois..,
      Mais bon. La situation n'est réjouissante...

      Supprimer
    3. Il faudrait et je crois que c'est encore politiquement possible, prendre les bonnes décisions. Disons que ça ce joue plus au niveau Européen, puisque le carcan de l'UE empêche beaucoup de choses...

      Supprimer
  2. 1) "The Economist" n'est nullement américain mais BRITANNIQUE .....

    2)
    - déficit budgétaire de la Grande Bretagne pour 2012: 8,3% du Produit intérieur brut soit 706,4 millions d'euros) contre un excédent de 2,8 milliards de livres en juillet 2011.
    - dette publique, fin 2011, de la Grande Bretagne: 1200 milliards d’euros.

    Avant de se mêler de nos affaires....qu'ils s'occupent donc des leurs !

    jf.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exact Jacques, le magazine est Britannique, en plus je le savais... et oui la Grande Bretagne est mal placée pour faire la leçon.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…