Accéder au contenu principal

The Economist n'a pas complètement tort !

"La France est une bombe à retardement au sein de l'union européenne" 

C'est le magazine économique américain qui l'affirme, et même si le titre semble racoleur, la situation  économique du pays reste effectivement très inquiétante.

Très peu de détails ont été rapportés de cette "une" à paraître en date de ce 17 Novembre, mais il suffit de regarder froidement les voyants économiques de la France pour établir ce terrible diagnostic.

Pourquoi une bombe à retardement ? Certainement pour les mêmes raisons qui obligent aujourd'hui l’Espagne, et avant elle l'Italie, à prendre les pires mesures d'austérité. Pourquoi ? Parce que 4 ans après la crise financière de 2008 qui a eu pour conséquences les crises économiques que nous connaissons aujourd'hui, nous sommes toujours à la merci des Banques.

Ce n'est pas de la responsabilité du gouvernement actuel, mais il faudra bien faire face. Au moment où la presse française semble clémente avec F.Hollande qui aurait été convaincant lors de sa conférence de Presse de ce début de semaine, rappelons que la situation des salariés en licenciement économique n'a même pas été abordée.
Elle est pourtant essentielle !  Souvenez-vous des précisions qui ont été apportées lors de l'annonce du sauvetage de PSA, il fallait financer la banque de financement de PSA. Incroyable ! On nous explique qu'il faut que l'Etat apporte 7 milliards de garanties à une entreprise pour qu'elle puisse financer l'achat de ses produits. L'état français jouerait-il le rôle des banques ?

Nous sommes toujours dans une crise de confiance, les banques qui se prêtaient entre elles jusqu'alors, ne le font plus maintenant.

Les décisions politiques manquent donc cruellement ! Et au delà de la situation de la France, c'est toute l'Europe qui en pâtit. Pour financer l'économie, il faut que nos banques centrales puissent prêter directement aux états. Il faut stopper la pression financière sur nos économies.

Commentaires

  1. Réponses
    1. Tu n'es pas objectif, la "bombe" a été fabriquée bien avant 2012, Hollande ne l'a pas désamorcée, mais le peut-il vraiment ?

      Supprimer
    2. Laisse tomber stef, il n'a pas perdu que des "pas", enfin, je crois..,
      Mais bon. La situation n'est réjouissante...

      Supprimer
    3. Il faudrait et je crois que c'est encore politiquement possible, prendre les bonnes décisions. Disons que ça ce joue plus au niveau Européen, puisque le carcan de l'UE empêche beaucoup de choses...

      Supprimer
  2. 1) "The Economist" n'est nullement américain mais BRITANNIQUE .....

    2)
    - déficit budgétaire de la Grande Bretagne pour 2012: 8,3% du Produit intérieur brut soit 706,4 millions d'euros) contre un excédent de 2,8 milliards de livres en juillet 2011.
    - dette publique, fin 2011, de la Grande Bretagne: 1200 milliards d’euros.

    Avant de se mêler de nos affaires....qu'ils s'occupent donc des leurs !

    jf.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exact Jacques, le magazine est Britannique, en plus je le savais... et oui la Grande Bretagne est mal placée pour faire la leçon.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…