Travailler le dimanche, cela vaut-il le coup ?

C'est une victoire pour les travailleurs en lutte contre le travail le dimanche, la justice ordonne que 32 magasins Bricorama ferment le dimanche comme la législation l'impose. Alors pourquoi le patron de ce groupe s’entêtait-il ainsi sachant qu'il n'était pas en conformité avec les textes en vigueur ? Aujourd'hui, les potentiels 18 millions d'euros d'amende qui mettent en péril le devenir de cet outil de travail, pourraient-être une sanction supplémentaire pour les salariés de ces entreprises.

Toujours plus de profit, en en demandant toujours plus aux salariés.

L'équilibre financier est atteint. Puisque le groupe n'était pas en règle avec la loi Maillé, il pourrait payer 30 000 euros d'amende par magasin, quelques 18 millions d'euros au total. Avec un chiffre d'affaire de 951 millions d'euros, et 15 % du chiffre réalisé le jour du seigneur, le résultat net l'an dernier était de 24.1 millions d'euros.
Prendre le risque d'encourir une amende de 20 millions € quand votre résultat net est de 20 millions, cela vaut-il le coup ?

«Bricorama est en danger!» déclare maintenant le PDG, qui va se pourvoir en cassation.

Les salariés seront-ils là encore la variable d'ajustement ? Quand le chantage à l'emploi fait pression.

Le groupe n'a pas provisionné l'amende potentielle dans ses comptes. "si nous devons payer 18 millions d'euros à Force ouvrière, qui nous a attaqué, nous n'aurons plus de résultats à distribuer aux salariés" "l'endettement de la société pourrait devenir trop important, ce qui rendrait sa situation financière fragile".

Sortir de la crise, en augmentant les salaires.

Maintenant que la décision est tombée, ce dimanche 4 Novembre les 32 magasins resteront fermés.
C'est à cette condition que FO, le syndicat qui à mené l'action en justice à accepter de négocier un retrait des poursuites "à condition de maintenir les emplois et les salaires des salariés qui acceptent de travailler le dimanche uniquement pour augmenter leurs faibles rémunérations".

Pour les élus de FO qui auront à négocier le retrait des poursuites contre le maintien des emplois et les augmentations de salaires, le rapport de force est maintenant clairement en leur faveur.
Pour 2556 employés en France,  ce sont quelques points de la masse salariale qui sont dans la balance, quelques 3 millions € selon mes calculs.

Voilà donc une décision de justice qui devrait faire cas d'école, une bonne nouvelle pour les salariés.

Commentaires

  1. Merde alors... Qu'est-ce que je vais faire de mes dimanches? ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Faux l amende potentielle a été provisionnée. Il suffit d'aller voir les résultats S1 ( trouvables via google ) pour en avoir la confirmation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le PDG lui même dit le contraire.

      Supprimer
    2. tsssit ! Bricorama est cotée en bourse avec annonces des résultats tous les trimestres puis chaque semestre . le 1er jugement ayant été rendu il y a plus de 6 mois, l'amende, 18 millions, a forcément été provisionnée. le contraire serait a la limite du défaut de gestion et aurait été obligatoirement dénoncé par les commissaires aux comptes et les actionnaires.

      Enfin connaissant bien Bricorama, de l intérieur, je précise que tous les employés étaient d'accord pour bosser le dimanche.
      Je précise aussi qu il es étrange que les jardinneries ou les magasins d ameublement puissent ouvrir le dimanche au titre d'activité de loisir et pas les magasins de bricolage.

      Et de toute façon, je ne vois pas pourquoi, a partir du moment où il y a accord interne à l entreprise, les syndicats de merde ( qui ne représentent que 8% de la pop active ) la justice et l etat aurait le droit de se mêler de ça !

      La france se meurt de trop de rigidité !

      Supprimer
    3. Bah tout y passe hein jusqu'à dénigrer justice et syndicats...

      Mais je persiste, risquer de perdre 20 million € d'amende, c'est juste irresponsable pour un PDG.

      Bref, de toute façon qu'il y ait de quoi payer ou pas cette amende, les salariés qui ne sont pas volontaires pour travailler le dimanche ne seront plus soumis à ces pressions. Parce que cette notion de double volontariat en entreprise, c'est juste une belle arnaque montée par la droite.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !