La casse du code du travail va t-elle continuer ?

Et pendant ce temps là...

Au moment où le bruit médiatique est assourdissant des bêtises de l'UMP, des polémiques éditorialistes, les négociations sur "la sécurisation de l'emploi" voulues par le gouvernement continuent à butter dans une confrontation stérile si typique du dialogue social à la Française.

Les Organisations syndicales n'arrivent pas à aborder sur un même thème les mêmes solutions, et on constate le fossé qui les sépare sur le sujet de l'emploi. Le patronat veut assouplir les licenciements pour faciliter l'embauche de salariés dont on pourrait se séparer plus facilement, il veut "dérèglementer" quand les syndicats de salariés voudraient au contraire plus de "réglementation" avec des droits nouveaux.

Voyez ici les approches différentes des uns et des autres :

Pour le patronat il faut :

-généraliser les contrats de projets, et créer les CDI intermittents
-Contourner le licenciement économique avec de nouvelles procédures
-généraliser les contrats "compétitivité emploi"
-limiter à 12 mois au lieu de 5 ans le fait de pouvoir faire une procédure aux Prud'hommes
-Rendre le motif de licenciement plus imprécis
-Obligation d'accepter un poste s'il est à moins de 50 km ou 1h30 de transport

Pour les OS de salariés, il faut :

-Co-responsabiliser les entreprises, développer de nouvelles solidarités entre branches d'activités et territoires
-Un droit suspensif sur les licenciements et les restructurations d'entreprises
-La modulation des cotisations chômage en fonction des durées de contrats de travail
-Mutualiser les droits des salariés des petites entreprises
-Des droits nouveaux pour les représentants des salariés sur les stratégies d'entreprise.

Ces quelques exemples ne sont pas exhaustifs mais montrent au combien il va être difficile de trouver un accord, le gouvernement devra trancher.

Commentaires

  1. un sujet essentiel, vu le mot "compromis historique" ça veut dire qu'une partie de ce que le patronat réclame va etre accordé , sinon ce n'est plus un compromis (sens du mot) .

    Historique , signifie qu'il sera fort sinon il sera petit et donc pas remarquable, ou pas historique.

    Dans ta liste médef tu as oublié :
    - réduire les allocations chomage
    - rendre les licenciement plus rapides : on s'en fout de la forme.
    - rendre les licenciements moins chers : réduire les indemnités.

    Un sujet a surveiller !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La liste n'est pas exhaustive, et oui c'est un sujet essentiel, à surveiller effectivement.

      Supprimer
    2. J'ajoute que si le gouvernement cède aux revendications sur l'assouplissement du droit à licencier, il va perdre beaucoup du peu de crédibilité qu'il a encore.

      Supprimer
  2. y' aussi l'assouplissement du chomage partiel, qui est un vrai sujet . Problème si tu baisse la revenu d'un salarié, faut aussi baisser ses charges hors travail : loyer, credit etc... ou du moins suspendre les saloperies que ça implique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le chômage partiel devrait être mieux financé, l'aide de l'état existante devrait être réorientée en ce sens. L'APLD sous Sarkozy permettait d'être en chômage partiel sans perte de salaire, le temps de passer le moment critique de "surcapacité", de sous-charge. C'est une des rares mesure positive qu'il a mis en oeuvre...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !