Accéder au contenu principal

La casse du code du travail va t-elle continuer ?

Et pendant ce temps là...

Au moment où le bruit médiatique est assourdissant des bêtises de l'UMP, des polémiques éditorialistes, les négociations sur "la sécurisation de l'emploi" voulues par le gouvernement continuent à butter dans une confrontation stérile si typique du dialogue social à la Française.

Les Organisations syndicales n'arrivent pas à aborder sur un même thème les mêmes solutions, et on constate le fossé qui les sépare sur le sujet de l'emploi. Le patronat veut assouplir les licenciements pour faciliter l'embauche de salariés dont on pourrait se séparer plus facilement, il veut "dérèglementer" quand les syndicats de salariés voudraient au contraire plus de "réglementation" avec des droits nouveaux.

Voyez ici les approches différentes des uns et des autres :

Pour le patronat il faut :

-généraliser les contrats de projets, et créer les CDI intermittents
-Contourner le licenciement économique avec de nouvelles procédures
-généraliser les contrats "compétitivité emploi"
-limiter à 12 mois au lieu de 5 ans le fait de pouvoir faire une procédure aux Prud'hommes
-Rendre le motif de licenciement plus imprécis
-Obligation d'accepter un poste s'il est à moins de 50 km ou 1h30 de transport

Pour les OS de salariés, il faut :

-Co-responsabiliser les entreprises, développer de nouvelles solidarités entre branches d'activités et territoires
-Un droit suspensif sur les licenciements et les restructurations d'entreprises
-La modulation des cotisations chômage en fonction des durées de contrats de travail
-Mutualiser les droits des salariés des petites entreprises
-Des droits nouveaux pour les représentants des salariés sur les stratégies d'entreprise.

Ces quelques exemples ne sont pas exhaustifs mais montrent au combien il va être difficile de trouver un accord, le gouvernement devra trancher.

Commentaires

  1. un sujet essentiel, vu le mot "compromis historique" ça veut dire qu'une partie de ce que le patronat réclame va etre accordé , sinon ce n'est plus un compromis (sens du mot) .

    Historique , signifie qu'il sera fort sinon il sera petit et donc pas remarquable, ou pas historique.

    Dans ta liste médef tu as oublié :
    - réduire les allocations chomage
    - rendre les licenciement plus rapides : on s'en fout de la forme.
    - rendre les licenciements moins chers : réduire les indemnités.

    Un sujet a surveiller !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La liste n'est pas exhaustive, et oui c'est un sujet essentiel, à surveiller effectivement.

      Supprimer
    2. J'ajoute que si le gouvernement cède aux revendications sur l'assouplissement du droit à licencier, il va perdre beaucoup du peu de crédibilité qu'il a encore.

      Supprimer
  2. y' aussi l'assouplissement du chomage partiel, qui est un vrai sujet . Problème si tu baisse la revenu d'un salarié, faut aussi baisser ses charges hors travail : loyer, credit etc... ou du moins suspendre les saloperies que ça implique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le chômage partiel devrait être mieux financé, l'aide de l'état existante devrait être réorientée en ce sens. L'APLD sous Sarkozy permettait d'être en chômage partiel sans perte de salaire, le temps de passer le moment critique de "surcapacité", de sous-charge. C'est une des rares mesure positive qu'il a mis en oeuvre...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…