Communiquer, Mobiliser contre l'Accord national interprofessionnel du 11 Janvier 2013

La CGT avait annoncé son intention d'informer les salariés sur les reculs sociaux annoncés par l'accord interprofessionnel du 11 Janvier dernier. Le document était attendu, et il est plutôt bien fait.

Pour chaque grand thème évoqué, sont comparées la situation d'aujourd'hui et celle de demain une fois la mise en oeuvre de ces modifications du code du travail.

Vous pouvez le consulter ici

Sur le fond, on prend la mesure des conséquences de ces modifications.

Les salariés qui seront concernés risquent beaucoup, deux exemples :

-Demain, les salariés qui refusent l’application d’un accord collectif «maintien dans l’emploi» seront licenciés pour motif économique individuel, et le motif du licenciement sera inattaquable!

-un accord d’entreprise peut autoriser votre employeur à vous muter sur un autre poste, à vous envoyer à l’autre bout de la France. Si vous refusez, vous serez licencié pour motif personnel !

En plus de prendre connaissance de ce quatre pages, vous pouvez lire l'interview de Maurad Rabhi chez Slovar les nouvelles, il est membre de la direction confédérale de la CGT en charge des questions d'emploi et du chômage.

Il se pose légitimement la question, une question que je me pose aussi :

 "Mesure-t-on la gravité des nouvelles dispositions relatives aux procédures de licenciement encadrées et sécurisées juridiquement à la main du patronat, qui pourra engager des restructurations y compris quand l’entreprise est en bonne santé financière ?"

Effectivement, on peut se demander si on mesure bien les conséquences de ces mesures. Rien dans l'accord ne définit le périmètre, les conditions, la santé financière d'une entreprise souhaitant aboutir à de tels accords. Le niveau de profitabilité n'est pas défini comme préalable à ces négociations. Inquiétant non ?

Commentaires