L'insécurité, le signe d'une société qui s'appauvrit

Les chiffres de la criminalité, de la délinquance, communiqués par M.Valls, le ministre de l'intérieur sont en demi teinte. Si les homicides sont en recul, les cambriolages et trafiques de drogue sont en hausse. J'y vois le signe d'une société qui en s'appauvrissant ne laisse parfois plus d'autres choix que de sombrer dans la criminalité.

Il n'est pas question ici d’excuser  mais de comprendre. La précarité s'est accrue ses dernières années, depuis 2008 la crise financière des banques a laissé place à l'une des pires crises économiques que nous ayons connu. Dans toutes les régions, les entreprises ferment, il y a une sorte de désertification de certains tissus économiques, qui,  il y a seulement quelques années, nourrissaient encore des familles entières.

Du coup, on assiste à du jamais vu, en Indre et Loire, des éleveurs retrouvent des vaches dépecées :  la viande serait-elle devenue trop chère pour qu'on en vienne à se servir directement dans les prés ? N'est ce pas le signe d'une profonde crise économique ?

De cette délinquance en hausse, on note surtout une recrudescence des cambriolages. J'ai un proche qui a été cambriolé dernièrement en pleine journée pendant qu'il était au boulot. Il habite un petit village très éloigné des villes. Des objets du cru ont été dérobés comme un fusil et du matériel de chasse, des objets de valeurs difficiles à revendre n'ont pas été emportés. On a plus eu  le sentiment que le cambrioleur venait chercher des choses qui pouvait être vite revendues, de quoi faire de l'argent rapidement.

Faire de l'argent facile, c'est déjà la particularité de l'argent de la drogue ; avec la hausse des cambriolages, la hausse des vols en tout genre, on croit comprendre que la précarité est telle qu'elle pousse aux pires agissements.

Commentaires