Accéder au contenu principal

Négociations emploi / les blogueurs m'ont déçus

J'ai cherché, mais je n'ai pas trouvé beaucoup d'articles de mes camarades blogueurs sur les négociations concernant la "sécurisation" de l'emploi. Négociations que François Hollande voulait pourtant "historiques". Et je crois deviner qu'il y a eu comme une gêne, l'embarras pour certains, de devoir afficher leurs contentements sur des propositions du MEDEF, ou pour d'autres la simple volonté de ne pas afficher leurs désapprobations surtout chez les hollandolâtres.

Pas de débats, pas d'idées, pas d'avancées : Slovar a par contre fait un excellent boulot, comme d'habitude. Heureusement que des gens comme Gérard Filoche était là pour préciser les choses : "Il n’y a rien de « gagnant-gagnant » là dedans ! Une taxe pour les contrats courts, qu’est-ce à côté du droit fondamental de licencier sans motif ? Qu’est ce qu’une « complémentaire » santé à charge des salariés, à coté de l’acceptation de pactes de compétitivité baissant les salaires, allongeant les durées du travail et augmentant le nombre de chômeurs ? (...) "

Par contre, des billets sur le mariage pour tous, ça, vous en avez mangé, je dis vous, parce que moi j'en ai pas lu un seul. Ces débats sur les valeurs qu'on souhaiterait idéalement partagées par tous finissent par m'ennuyer prodigieusement.

Incroyable, on débat et on débat encore du "mariage pour tous" qui n'aura pas de mal à être adopté, mais presque rien sur des modifications majeures du code du travail.

Pire, les médias qui essayent de relayer l'information se font même carrément manipuler.

Le MEDEF à la manœuvre : On a réussi à faire croire que la taxation des CDD était le point de blocage, alors que l'essentiel était ailleurs.
Ce fût les seuls titres et commentaires dans les médias. Par contre ce matin, on ne peut plus se cacher des réalités, lorsqu'il s'agit de commenter ce que contient d'essentiel cet accord, Francetvinfo ne s'y trompe pas : "Côté flexibilité, figurent notamment l'encadrement des accords permettant de baisser salaires et/ou temps de travail en cas de difficulté, des mesures pour faciliter et"déjudiciariser" les licenciements et la possibilité de restructurer sans plan social via une mobilité obligatoire" écrit-on.

Comme je l'ai écrit à deux reprises et j'insiste, permettre de déroger au contrat de travail par accord d'entreprise, pour baisser les salaires, en acceptant un chantage au licenciement est inacceptable.

Le gouvernement devra donc assumer sa volonté d'assouplir le droit à licencier, il ne pourra se cacher derrière une représentativité syndicale largement contestable (rappelons que la première organisation syndicale de France en terme de représentativité n'est pas signataire), et les syndicats doivent encore adopter le texte dans leurs fédérations avant l'adoption officielle, ce qui n'est pas gagné d'avance.

Il aurait dû être impossible d'aboutir sur cette attente du patronat, sans qu'il y ait un véritable débat de société auprès des salariés. Le silence médiatique sur ces sujets (les blogueurs m'ont énormément déçus) n'aura pas suffit à maquiller le manque de consensus sur cette question.

Il n'est pas trop tard, il faut aussi que le gouvernement traduise ce projet d'accord en un texte de loi qui devra être adopté ensuite. Soyez assurés que ce projet de loi sera combattu.

Commentaires

  1. Tu as parfaitement raison Stef, moi par exemple je reconnais m'être très peu interessé au sujet, attendant sans doute son épilogue pour en parler

    RépondreSupprimer
  2. Je t'avoue être totalement inculte en droits du travail et négociation syndicale. Mais je vais faire un effort de lecture.

    RépondreSupprimer
  3. @ tous les deux, j'aimerais bien connaitre votre position, j'attends de lire vos billets.

    RépondreSupprimer
  4. L’introduction me dérange. Je ne fais pas de billet mais je pourrais…

    Petit 1 : il y a un affreux procès d’intention. Tu ne peux pas savoir ce que je ressens mais tu l'affirmes quand même.

    Petit 2 : ce n'est pas à toi de dire quels sont les "vrais sujets".

    Petit 3 : il n’y a pas de gêne, pas de contentement, juste un constat : des syndicats patronaux toujours odieux mais dans leur rôle et des syndicats de salariés empêtrés dans leurs propres luttes, leurs histoires de succession, plus représentatifs de grand monde et incapables de voir la terre qui tourne, incapables de négocier.

    Petit 4 : François Hollande a voulu passer par la négociation, c’est tout à son honneur. Si la négociation débouche sur un accord batard, ça ne peut pas lui être imputé. C’est quand même fort ! Pendant cinq ans, « on » a accusé Nicolas Sarkozy de tout décider avant de rencontrer les syndicats et bientôt, « ils » vont accuser François Hollande de ne pas avoir imposé LEUR point de vue.

    Petit 5 : je ne suis pas spécialiste du droit du travail. « Côté flexibilité, figure notamment l'encadrement des accords permettant de baisser salaire et/ou temps de travail en cas de difficultés. » Je ne sais pas ce que ça veut dire. On me dit que des accords seront encadrés, mais encadrés par quoi, comment ?

    Petit 6 : ça n’est qu’une négociation dont on a connu une première étape du résultat hier (je n'ai ouvert le PDF que ce matin et je n'y comprends pas grand chose). On ne sait même pas s’il sera validé par les syndicats.

    Petit 7 : je fais ce que je veux dans mon blog. J’ai parlé du mariage pour tous, de la politique industrielle de la France, des taxis Parisien, de la libéralisation du TGV, de la mondialisation (via Virgin), des conneries dans les réseaux sociaux, de la blogosphère, des médias, des cons dans les bistros, de l’impact des taxes sur la bière (payée par les consommateurs !), des blogs, … Et je passe l’anniversaire de Mitterrand et toutes sortes de conneries. Le tout depuis le premier janvier.

    Et pour répondre à ta réponse à David et à Jeff, on n'est pas OBLIGES de faire des billets.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nicolas,

      si tu te justifies autant, c'est que tu t'en sens obligé, alors je respecte tes réponses mais permet moi de te répondre point par point

      1: je suis obligé de supposer, vu qu'il n'y a pas eu de débat dans les blogs

      2 : Je dis quels sont pour moi les vrais sujets, un point c'est tout.

      3 : C'est ton point de vue sur les syndicats, pas une excuse pour refuser le débat

      4 : Tu mélanges tout, c'est très bien de laisser la place au dialogue social, de le respecter, mais cela ne doit pas remplacer la prise de responsabilité politique. FH va devoir assumer qu'il est responsable si il va jusqu'au bout d'un assouplissement du droit à licencier. Personnellement, je n'ai pas voté pour ça !

      5 : Ne te fais pas plus bête que tu n'es, il ne faut pas être inspecteur du travail pour comprendre !

      6 : ok avec toi

      7 : tu fais ce que tu veux, en effet...

      Enfin, vous n'êtes pas obligés de faire des billets sur le sujet, mais dites vous bien que vos lecteurs souhaiteraient surement avoir votre avis sur ces questions.

      Supprimer
    2. Ben oui, je me sens obligé, je suis attaqué d'emblée... Et je te dis que je ne sais pas ce que veut dire "encadrement des accords".

      Quant à savoir ce que souhaitent mes lecteurs, je pense le savoir...

      Supprimer
  5. Pareil... Je suis une spectatrice passive parce que je n'y connais rien...

    RépondreSupprimer
  6. M'est avis que la précarisation du CDI va concerner de moins en moins de monde. Je ne connais déjà presque plus personne de mon age en CDI.

    RépondreSupprimer
  7. @Stef:
    1. je choisis mes sujets. J'ai préféré écrire un billet que je jugeais sympa sur Mélenchon.
    2. Nulle gêne sur le fond. Je ne sais pas quoi commenter: que le MEDEF est indigne à flexibiliser le droit du travail ? Ben oui.
    3. J'ai lu, sur d'autres sujets, trop d'emballements à la con sur des thématiques non finalisées. Participer au "bruit" ne m'intéresse plus.
    4. De surcroit, j'ai toujours détesté commenté des négos en cours.
    5. Un accord a été trouvé hier soir à 23 heures. Je dînais chez une copine blogueuse. Nulle envie d'interrompre la chose pour me jeter sur un clavier. Je vais lire l'accord et, si mes enfants m'autorisent à l'abstinence blogosphérique qu'ils appellent de leur voeux, je vais m'y coller.
    amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok, je suis très intéressé de te lire sur le sujet.

      Supprimer
  8. Résumons, cet accord permettra au salarié en CDD d'utiliser son droit à la formation, de recharger ses droits au chômage, d’accéder au logement pour pour une partie des intérimaire en plus de tout cela de disposer d'un CDI intérimaire qui permettait à cet intérimaire d'avoir les droits d'un CDI qu'il soit en mission d'interim ou entre deux missions. Il y aussi l'entrée des salariés dans le conseil d'administration...bof bof et aussi une obligation de transparence des boites (rémunération, actionnaire, dividendes, ...)

    Coté flexi ça se corse et contrairement à beaucoup ce n'est pas les accord de maintient de l'emploi qui autorise la baisse des salaires qui me gêne vu que cette possibilité existe déjà, justement l'accord permet d'encadrer ce genre d'accord puisque avant de demander une baisse de salaire, actionnaires et mandataire devront faire des efforts "symétriques", les dirigeants eux devront subir le même traitement que les salariés, à la fin de cette période difficile il doit y avoir un "partage de bénéfice économique" et il y aura sanction si cela n'est pas fait. Si un ou plusieurs employé ne sont pas d'accord, ils peuvent choisir le licenciement économique c'est à dire avec indemnisation et droit de chômage. Le tous dans le cadre d'un accord d'entreprise forcement majoritaire.

    On a la mobilité interne, dans ce cas la salaire et la fonction ne peut être inférieur à ce qu'il avait, le salarié peut refuser, il sera licencié pour motif personnelle dont avec une "petite" indemnité alors que c'est aujourd'hui pour motif économique donc "plus grande indemnité" MAIS le salarié bénéficiera quand même de mesure de reclassement.

    Reste l'amélioration du chomage partiel qui est normalement plébicité par tout les syndicats CGT compris, une instance pour aider les TPE et PME en matiere RH, pourquoi pas mais en tant que salarié on s'en fout, et enfin la conciliation prudhommale, effectivement les indemnités ont été vu à la hausse mais la salarié peut toujours refuser et attaquer au prudhomme.

    Donc voila oui plus de flexi enfin surtout baisse d'indemnité mais pas mal de donnant donnant. Je trouve que les syndicats ont bien ferraillé. Peut être pas d'accord historique mais quand même plus de droits pour les travailleurs.

    RépondreSupprimer
  9. Amelle,

    C'est bien résumé. Effectivement, il y a des avancées intéressantes, mais ce qui est très dérangeant, c'est le fait de pouvoir déroger au contrat de travail par accord d'entreprise.

    Voter une baisse des salaires dans une entreprise où les représentants du personnel ont été mal élus, au sein d'une entreprise où le patron aura organisé la baisse de l'activité de son entreprise pour délocaliser ou tout autres raisons où la profitabilité et la gestion purement financière prennent le pas sur l’intérêt collectif, c'est du déjà vu ! Et cet accord permet encore plus de structurer ces dérives.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème que ce genre de chantage existe déjà pas mal de boite ont accepté une baisse de salaire, ou plutôt travailler plus pour le même montant ce qui est la même chose. Le problème c'est que après ce sacrifice il y a eu quand même licenciement ou fermeture de site. Ici pendant cette période les actionnaires arrêterons de se goinfrer, les dirigeants devront subir la même baisse de salaire et surtout à la fin de cette période il doit avoir partage de bénéfice économique sinon sanction pour l'entreprise.

      La structuration des dérives n'est pas le fait de la prochaine loi puisque ça existe déjà, au contraire elle encadre ce genre de procédé ce qui n'est pas le cas actuellement.

      Sinon sur mon post précédent j'ai écris une bêtise, la conciliation prudhommale les indemnisations sont en baisse et non pas en hausse et j'ai oublié d’évoquer l'encadrement du temps partiel avec 24h mini sauf pour les femmes de ménage et nounou et pour les étudiants. De plus les heures en plus considéré comme heure supp payé avec majoration et non pas heure normal.

      Supprimer
    2. Oui, les salariés perdent des droits, tant au niveau des indemnités, que dans leurs droits pour attaquer aux prud'hommes.

      Supprimer
    3. J'en ai fait un, Stef, avec une thématique différente, en parlant de fragilisation des acquis et des valeurs:
      http://spartakiste.blogspot.fr/2013/01/le-pays-ou-on-expulse-des-enfants-de-5.html
      Bon, c'est vrai, tu n'es pas obligé de suivre tous mes billets, je devrais m'abonner chez toi, tiens, c'est par Syaume que je t'ai lu, sur son G+
      Bonne soirée

      Supprimer
    4. Ereeur réparée: blogroll et reader!
      En plus, je tiens à mettre un lien retour, c'est un principe

      Supprimer
  10. Moi non plus, je n'ai pas écrit sur le sujet, non par désintérêt, mais faute de temps et parce qu'il me paraissait difficile de produire quelque chose sur un accord qui vient à peine d'être finalisé.

    Comme tu le sais, je me suis permis cependant d'intervenir dans tes billets précédents pour tempérer ton pessimisme et rappeler qu'il fallait faire confiance aux partenaires sociaux dans leur capacité à dialogueur, transiger et trouver le meilleur compromis possible.

    François Hollande voulait une rupture avec les pratiques du passé, avec cette conception sarkozyste du pouvoir qui consistait à imposer, passer en force, mépriser, etc. Il souhaitait remettre à l'honneur la négociation. C'est une bonne chose.

    Pourquoi ne pas s'en réjouir ?

    Les partenaires sociaux sont parvenus à valider cet accord, ce qui évite aux pouvoirs publics d'intervenir à leur place.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est pas question "d'intervenir à la place de" c'est trop facile, c'est bien le gouvernement en place qui va proposer un projet de loi. Il y aura débat parlementaire, amendements, etc...

      Supprimer
    2. On voit bien par là qu'on a instrumentalisé les syndicats...

      Supprimer
  11. J'ai parlé plusieurs fois de ce sujet mais durant la campagne présidentielle, notamment un point qui figure au programme de Hollande sur les accords d'entreprises.

    Sinon, pour ces négociations, ce billet là http://www.lecridupeuple.org/quand-le-medef-reve-dun-travailleur-plus-facile-a-acheter-que-du-cacao/ m'a semblé très complet.

    De façon générale, je ne me sens pas tenu de traiter tous les sujets d'actualité le jour J. J'aime aussi prendre le temps de la réflexion. Essayer de traiter les choses sous un autre angle. Et puis surtout, je publie moins ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne veux pas jeter l’anathème sur un ou des blogueurs en particulier, je fais juste le constat qu'en général il n'y a pas eu de débat, ni dans les blogs, ni dans la société, les salariés eux mêmes n'étant pas informés des enjeux alors qu'ils étaient les principaux concernés....

      Supprimer
  12. Stef, comme d'autres ici je trouve cela un peu pénible 'ce vous n'avez pas parlé de cela".

    Nous sommes des blogueurs pas un journal en ligne et donc notre temps est limité et nos sujets aussi.

    Par ailleurs un accord comme celui là demande un peu de temps d’analyse (et pas juste un " c'est nul tout le monde y perd..." comme je l'ai lu sur twitter de nombre de gens qui n'avaient pas lu l'accord.

    Une analyse du texte mais aussi une analyse des conséquences (le tout alors qu'il manque des éléments de finalisation) et quand je parle de conséquences je parle de conséquences réelles.

    Par exemple sous Jospin le MEDEF et la CFDT avaient signé un accord sur le contrôle des chomeurs.En gros les chomeurs devaient être controlés une fois de temps à autres sous peine de perdre leurs allocations ils devaient aussi accepter une formation. Cela se nommait le PARE.D'un côté on pouvait penser que c'était un contrôle supplémentaire, de l'autre, des possibilités de prolongement des droits et de formation existaient pour les chomeurs.

    Les organisation d'extreme-gauche et une forte partie de la gauche ont hurlé au scandale (ah les affiches du mjs avec Sellière en diable...) mais sur le fond l'accord a peu changé les choses: faute de mettre de l'argent sur la table il n'y a eu ni réellement de changement dans l'offre de formation ni de réel contrôle...

    Je termine en disant que moi je n'ai aucun complexe à dire mon accord avec telle ou telle organisation ou à expliquer tel ou tel désaccord. Juste que avec le Mali ou la manif anti mariage pour tous, mon billet est passé à la trappe mais que je ne désespère pas de l'écrire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Romain,

      Ce qui ressort de cet accord était connu depuis plus de quatre mois.

      Mais puisqu'il fallait apparemment attendre la finalité de l'accord, j'imagine que jusqu'en Mars prochain, période où le gouvernement va traduire l'accord en projet de loi, nous aurons l'occasion d'en rediscuter.

      Et crois moi, il y aura des opposants, vous aurez tous matière à faire des billets.

      Supprimer
  13. J'ai entendu glousser Parisot. J'ai peur que ce ne soit pas forcément de bonne augure. Je vais m'y pencher. De toute façon, il faudra attendre le projet de loi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Parisot a de quoi être satisfaite....

      Supprimer
  14. Bon, ben, voici: http://sarkofrance.blogspot.fr/2013/01/medef.html et aussi là: http://sarkofrance.wordpress.com/2013/01/14/emploi-est-ce-si-difficile-de-licencier/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je parle de tes billets ici aussi : http://uneautrevie-stef.blogspot.fr/2013/01/une-flexibilite-qui-pose-des-questions.html

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…