Accéder au contenu principal

Une flexibilité qui pose des questions.

Certes, il y a des avancées intéressantes dans le projet d’accord sur la « sécurisation de l’emploi », mais comme le dit Juan « on ouvre la porte » par la négociation, par accord d’entreprise, à la baisse des salaires. Il est là l’élément majeur de cet accord.

Parce que pour le reste nous avons déjà des règles du travail qui permettent beaucoup de flexibilité (intérim, CDD, licenciement économique, conventionnel, etc…) Non, ici, le MEDEF a réussi à faire passer l’idée que c’était aux salariés de financer le chômage partiel ou même d’accepter des baisses de salaires sans baisse du temps de travail, et ça temporairement, jusqu’à 2 ans toute de même.

Ce type d’accords négociés  dans les entreprises prévoit de maintenir les effectifs en échange de concessions des salariés en matière de rémunérations, de durée du travail, d’organisation du travail et de mobilités forcées.
Nous voyons déjà fleurir dans la branche automobile des exemples flagrants d’atteintes au Contrat de travail à Durée indéterminée.

Le dernier en date est celui engagé par Renault. Il a été proposé aux syndicats de finaliser, avant fin janvier 2013, un accord ayant pour objectif un nivellement des conditions sociales sur celles de leurs collègues Espagnols.

Il faut rappeler que Renault a signé en Espagne, dans le contexte que nous connaissons, un accord qui prévoit d’allonger la durée du travail, de limiter les hausses de salaires et de réduire les primes de nuit.
En échange Renault envisage de créer 1300 CDD de 18 mois, je dis bien CDD, avec des salaires inférieurs aux CDI en place. Voyez ici, ce que l'on dit de ce chantage à l'emploi.

Dans un même temps Renault a dégagé, au 1er semestre 2012, un bénéfice net de 746 millions d’Euros et son numéro 1, le PDG, a vu sa rémunération friser, écoutez bien,  les 10 millions d’Euros annuels soit 466 fois le salaire d’un ouvrier.

L’encadrement des accords compétitvité emploi voulus sous Sarkozy, « ouvre la porte » à la généralisation de ce type de négociations, il faut les combattre !

Qui jugera de la légitimité de l’application de tels accords ? Des délégués mal élus ? Et pour les entreprises sans OS ? Et pour les petites et moyennes entreprises ?

le niveau de profitabilité rentrera-t-il en ligne de compte réellement ? Ou continuerons nous à dire que tel ou tel site n’est pas assez rentable alors que le groupe dont-il fait partie est bénéficiaire ?

Elle va jusqu’où la solidarité en entreprise ? Cela s’appliquera-t-il qu’aux salariés dit « productifs » dont on rentabilise le coût du salaire sur les ventes ou charges de travail ? Là encore quel taux de marge légitimera la nécessité de tels accords ?

Un salarié qui ne pourra supporter une baisse de salaire, n’aurait d’autres choix que d’être licencié ?
Que faire des factures EDF, du loyer, du coût des études des enfants, etc… pour les salariés concernés ? Deux ans c’est long !

Vous l’aurez compris, ce ne sont pas les salariés qui seront bénéficiaires de tels accords. Par contre, Carlos Gohn doit bien se marrer.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…