Putain de chômage

3.2 millions de chômeurs (cat A) comme en 1997, date à laquelle j'étais à l'époque débutant sur le marché du travail, en recherche d'emploi, une période où pour gagner sa vie il fallait accepter le moindre petit boulot au risque de se retrouver à la rue.

Alors quand je lis que nous nous dirigeons vers les chiffres records du chômage de cette période, je pense à ces demandeurs d'emploi d'aujourd'hui qui vivent ce que j'ai vécu.

1997, j'étais plus jeune, dynamique, motivé et déjà très intéressé par la politique, il fallait comprendre le tissu économique de son secteur de recherche, une formation qu'aucun demandeur d'emploi ne possède,  s'adapter à l'offre très faible du moment.
Pas question pour moi d'exercer mon métier, même si j'étais qualifié, spécialisé, l'industrie ne recrutait pas.

Il m'a fallu 10 ans pour être recruté au poste que j'occupe aujourd'hui. Dix ans pendant lesquels vous ne pouvez pas vous projeter dans l'avenir, dix ans sans acquérir son logement, dix ans sans quasiment faire d'économies, dix ans durant lesquels vous remettez à demain les choses les plus naturelles telles que de fonder une famille. Dix ans c'est long.

Aujourd'hui, tout va bien, j'ai tenté de rattraper le temps perdu, j'ai fondé une famille et je m'éclate dans mon boulot. Mais j'ai 38 ans, est-ce à dire que les jeunes d'aujourd'hui commenceront à se réaliser seulement dans 10 ou 15 ans, pouvons nous assumer encore longtemps cette perspective pour nos enfants ?

Pire cet état de fait nous l'assombrissons toujours plus tant on a du mal à prendre les dispositions qui s'imposent pour protéger notre économie, nos entreprises, nos outils de production.
Décontenancés, certains en arrivent à penser qu'en permettant de mieux licencier aujourd'hui, nous préparons les emplois de demain, c'est la teneur de l'accord sur la sécurisation de l'emploi contre lequel il faut se mobiliser dès ce 5 MARS.

Avec ces nouvelles règles si elles sont adoptées, transcrites dans la loi, il ne sera plus seulement question du chômage des jeunes et des seniors, c'est tout le salariat quel que soit son âge, sa catégorie professionnelle qui est un peu plus exposé aux risques du chômage.

Le chômage est la gangrène de nos sociétés, de nos économies. Si tu ne veux pas perdre ton emploi, mobilise toi !

Commentaires

  1. Tu oublies que tout s'est dégradé et que la situation est pire qu'en 1997.
    Moi, j'ai du m'arrêter de bosser en 1997, suite à mon deuxième enfant. J'ai repris petit à petit, à partir de 2000, puis en temps complet en 2005.
    J'ai un fils de 18 ans.
    Oui, je m'inquiète vraiment car ils ont eu une vie plus belle que la nôtre, en plus, avec des loisirs à volonté, même si on a été stricts dans notre éducation (par rapport à certains parents démissionnaires).
    C'est marrant, tu viens de faire un commentaire chez moi, tiens, juste quand j'écris...

    RépondreSupprimer
  2. Oui, la situation est pire aujourd'hui, tu as raison.

    RépondreSupprimer
  3. ce n'est en ce mobilisant une journée speciale, mais plutot pour moi, changer de paradigme. c'est à dire savoir dans quelle monde on vit maintenant, dans quelle voie on avance, si c'est pour se donner bonne conscience ou avoir peur de se remettre en cause notre façon de vivre, notre confort, etc...
    à nous de voir ce qui est bien pour le bien commun ou nos intérets personnels...
    Rassemblons nous ou divisons nous pour tuer le temps.
    mais à nous de voir dans quelle monde on veut vivre nous et nos enfants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour changer les choses, il faut mobiliser....

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !