Accéder au contenu principal

Accélérer par ordonnance ou pas.

Il y a urgence, il faut accélérer l'action gouvernementale parce que la situation du chômage est intolérable, parce que les réformes structurelles doivent permettre d'éviter la fuite en avant des déficits, dès lors gouverner par ordonnance devient un moyen de faire vite ce qui peut être légitime quand les politiques mises en oeuvre sont acceptables. Mais est-ce le cas ?


Le principe de l'ordonnance : le parlement permet au gouvernement de faire des ordonnances (acte faisant la loi) qui seront ratifiées par le parlement dans un temps parlementaire raccourci.


C'est simple et ça permet d'éviter l'instrumentalisation le dialogue social, d’accélérer la parodie de le débat parlementaire, de mettre en oeuvre l'action politique. 

Ok, sauf que : Ce principe pourrait être légitime si le gouvernement accélérait sur un programme connu, sur des mesures techniques qui découleraient du programme du candidat François Hollande qui, une fois élu, demanderait la permission au parlement d’accélérer parce que les français l'ont élu sur un programme qu'il doit par l'urgence de la situation mettre en oeuvre le plus rapidement possible. 
Est-ce le cas ? Personnellement je pense que non, il y a certes urgence, mais on ne sait pas ce que veut faire ce gouvernement.

L'ANI Compétitivité/emploi, traduit prochainement dans la loi, qui modifiera le code du travail, est le parfait exemple d'un thème mis en avant, "la sécurisation de l'emploi", qui cache des mesures techniques très importantes. Aujourd'hui, c'est la volonté de faire le ménage dans "les normes" pour faire passer la pilule, qui justifie la volonté de légiférer par ordonnance, que cela cache t-il, réellement ?

Loin de moi l'envie de crier au complot, mais rien ne permet de dire ce que veut faire réellement François Hollande, et c'est ça le plus inquiétant.

Commentaires

  1. "Ils" disent qu'il va falloir prendre des "mesures courageuses"...çà fait peur.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…