[-de 25 ans] 1/4 au chômage, les oubliés de F.Hollande

Plus d'un quart (26.4%) des moins de 25 ans étaient au chômage à la fin 2012 selon l'INSEE, c'est énorme ! Les défenseurs de l'action gouvernementale nous expliqueront que c'est la crise, que c'est les conséquences du Sarkozysme, que l'actuelle politique de l'emploi ne porte pas encore ses effets, qu'il faut attendre. Pour ma part, je constate malheureusement que ce qui était la priorité pour François Hollande lors de la campagne présidentielle ne l'est plus tant il ne s'est pas donné les moyens de ses ambitions.

Il faudra plus d'un discours, plus qu'une sortie bien préparée sur le terrain à la rencontre de ces jeunes pour les rassurer sur leurs situations. La France a une croissance quasi-nulle depuis plus de cinq ans, elle ne créé plus d'emploi et l'action politique ne permet pas d'endiguer cette destruction de l'emploi dans notre pays.

Et ce sont les jeunes qui payent le prix de cette impuissance, de ce manque de volonté, de ce courage politique qu'on souhaiterait bien plus important tant l'enjeu est immense.
Même si les concepts des contrats de génération et emplois d'avenir sont intéressants  le volume d'emplois aidés n'est pas à la hauteur de la problématique  Sans politique de l'emploi structurelle, si on se contente de spéculer sur les contrats compétitivité emploi, rien ne permet de dire que la courbe du chômage va s'inverser. L'OFCE table pour une stabilisation du chômage en 2014, voir 2015, ça fait peur.

Interdit d'interdire

Plus les mois passent, plus on constate le manque de perspective politique, le coté social-libéral de ce gouvernement apparaît au grand jour. Il y a eu tant d'occasions manquées d'imposer l'action gouvernementale quand la sauvegarde de l'emploi était en jeu. 

Mais il est interdit d'interdire les destructions d'emplois dans les entreprises bénéficiaires, même quand l'Etat est actionnaire. Il est interdit d'interdire de nationaliser, même temporairement. Il est interdit d'interdire la fuite des capitaux à l’étranger, vers les paradis fiscaux, paralysant nos outils de travail. Il est interdit d'interdire les délocalisations boursières, il est interdit d'interdire.

Dès lors, l'action gouvernementale ne peut être que cosmétique, diluée, manquant cruellement d'efficacité.

François Hollande devra réorienter sa politique de l'emploi puisqu'il n'est qu'au début de son mandat, le plus tôt sera le mieux.

Commentaires

  1. vive la révolution et Chavez
    et nationalisons l'exploitation du pétrole en France
    y aura plus de problème

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !