Mettre fin aux aides pour les plus riches ?

Juste pour dire, écrire, signifier que y en a marre de s'entendre dire qu'il faut faire des économies, que l'endettement de la France est historique, mais qu'il faut continuer, selon le sacro-saint principe d'égalité, de continuer à déverser l'argent public pour "aider" les plus aisés.

Ce sont les mêmes personnes qui bien souvent vous expliquent que nous sommes trop taxés, que nous payons trop d’impôt, mais qui trouve anormal qu'on puisse moduler les allocations familiales en fonction des ressources des ménages.

L'idée serait peu républicaine, ce serait une grave atteinte à l'universalité des droits ? Des arguments démagogues à souhait en jouant sur les frustrations des gens.

Et nous pourrions aller beaucoup plus loin. A ceux qui souhaitent réaliser des économies pour équilibrer l'assurance maladie, les comptes des hôpitaux,  les caisses de retraites, etc... Pourquoi ne pas revoir la gratuité dans son ensemble et concentrer la solidarité nationale là où il y en aurait vraiment le plus besoin ?

Nous pourrions ainsi revoir la quasi-gratuité de la Justice, de l'école, des universités ?
Est-ce qu'un cadre gagnant plus de 3 fois, 5 fois, 7 fois un smic, ne pourrait pas prendre en charge une partie de ces dépenses ?

Voyez que lorsque l'on veut faire preuve de démagogie, dans les deux sens il est possible d'aller très loin.

Peut-être qu'il est simplement question de Justice sociale.

Commentaires

  1. Je suis cent fois d'accord avec toi. Sans parler de ceux qui bénéficient de ce système universel mais qui te soutiennent mordicus qu'"il faut arrêter de croire que quand on gagne 3000 € par mois, on pète dans la soie et qu'on n'est jamais dans le rouge".
    50 nuances de rouge quoi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, y a être dans la merde et être dans la merde...

      Supprimer
  2. Après cela depend le seuil....si c'est pour ceux qui gagnent chacun 2200 euros net dans un couple comme on l'entend, c'est trop bas.

    RépondreSupprimer
  3. Pour le reste comme toi cela m'amuse de voir ceux qui stigmatisent les assistés pleurer quand on leur enlève une allocation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil, ça peut m'amuser et je ne me gêne pas d'ironiser dans ce cas face à mon interlocuteur, mais ça dépend mon humeur. En ce moment ça commence à me gaver !

      Supprimer
  4. Je suis plutôt de l'avis de Mélenchon sur ce coup-là. On va commencer par de grandes discussions pour établir un seuil, avec foire d'empoigne pour déterminer à partir de quel montant supprimer l'aide (on parle d'allocations familiales, là), puis foire d'empoigne pour établir une suppression progressive selon les revenus (grandes discussions sur l'injustice ou la justice de chaque tranche) et finalement, regards torves vers les pauvres, ces privilégiés qui bénéficient indûment des allocs, qui sont des bronzés en plus (soyez sûrs qu'il y aura nombre de gens pour dénoncer le privilège accordé aux "issus de")…

    Il y a certainement d'autres moyens de résoudre le problème, mais ils sont probablement plus ardus : une véritable réforme de la fiscalité, par exemple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il aurait fallu une réforme fiscale de plus grande ampleure....

      Supprimer
  5. On a eu la même réflexion :-)mais je suis encore plus radicale, tiens!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, Ben ça devrait me plaire alors ^^

      Supprimer
  6. absolument d'accord, un grand coup dans la fourmilière, de plus n'oublions les personnes qui ont des millions placés et qui passe à l'as, j'en vois même qui vont au resto du coeur et la croix rouge! moi demain je change de place s'ils veulent ils prennent mon salaire qui avec un niveau bac plus 5 des contraintes (on en a tous) we dimanches.. je gagne un smic et demi au bout de 15 ans de boite, seule à élever (sans aide) un étudiant, une ado, si je gagnais 4 fois le salaire actuel, j'aurai honte d'avoir des aides, et comme m'ont toujours dit mes parents dont mon père qui est mort en travaillant trop pour un salaire de misère "sois fière notre fille si un jour tu paies beaucoup d'impôts, tu auras réussi..." j'ai les larmes aux yeux non papa j'en paie peu mais trop déjà pour moi..

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !