Accéder au contenu principal

Emploi-Chômage, les raisons de l’échec de F.Hollande

On n'a pas attendu de connaitre les derniers chiffres du chômage pour estimer que les politiques mises en oeuvre pour soutenir l'économie, pour relancer la création d’emploi, ne sont pas efficaces. Créer de l'activité ça ne se décrète pas, ça se construit, et force est de constater qu'en la matière le gouvernement patine.

Hésitant entre une politique de l'offre de libéralisation des règles du travail et d'interventionnisme de l'état, comme sur les emplois aidés ou la relance par les grands travaux ; contraint par une politique de rigueur budgétaire, les résultats ne sont pas là.

Compétitivité à la limite de l’incompétence.  Du coup, quand François Hollande hésite, les remèdes sont pires que le mal. Un vrai libéral souhaitant baisser le coût du travail aurait réorienté le financement de la protection sociale pour alléger réellement la feuille de paie du salarié. Là ce qui a été choisi, c'est une mesure très mal connue des petites entreprises, les crédits compétitivité, sorte de subvention d'Etat qui ne représente que 4 à 6% du bulletin de paie.

F.Hollande a ici cédé aux sirènes hurlantes du vil libéral qui depuis des décennies klaxonne sur le coût du travail, mais a mis en place une mesurette qui coûte cher (20 milliards) et déjà considérée inefficace. Les premiers retours d’expérience sont affligeants, cet argent public va dans les poches des actionnaires, les entreprises se sont adaptées à cette nouvelle opportunité fiscale.

Divisé sur les règles du travail. Là aussi, force est de constater que François Hollande s'est laissé influencer par le croquemitaine de droite. Comme ces histoires qu'on raconte aux enfants pour leur faire peur et les rendre plus sages, la peur de ne pouvoir licencier un salarié embauché l'a emporté sur la raison politique.

Les accords compétitivité emploi ne permettront pas de créer de l'emploi, quand l'UMP propose encore hier un contrat unique pour unique raison de ne plus permettre de droit particulier, on peut se demander où François Hollande va puiser ses idées pour alimenter sa boite à outil qu'il met tant en avant.
Depuis quand un nouveau contrat de travail ou de nouvelles règles du code du travail permettent-elles de créer de l'emploi ? C'est l'innovation, le génie des hommes, qui le permet, le reste n'est que littérature.

François Hollande n'est pas le seul coupable, l'activité économique dépendant aussi de nos voisins, les pays Européens commencent à réaliser que le calendrier de remboursement des déficits imposé par Bruxelles est un frein pour sortir de la crise. Mais puisque nous sommes en cette première année de quinquennat sous le joug Bruxellois, les contraintes budgétaires mettent encore plus d'importance à l’efficacité des mesures politiques qui se font rares.

Et pendant ce temps le chômage augmente.

Commentaires

  1. Dimanche 28 avril 2013 :

    A propos d'un gouvernement d'union nationale, lisez cet article :

    Les Français plébiscitent l’union nationale… et Bayrou.

    SONDAGE - Les Français sont favorables à la formation d'un gouvernement d'union nationale. Parmi les personnalités qu'ils souhaiteraient voir accéder à l'exécutif, François Bayrou arrive en tête.

    Alors que l'Italie est pilotée depuis samedi soir par un gouvernement d'union nationale, les Français imaginent à leur tour une telle hypothèse.

    Selon le sondage Ifop réalisé pour le JDD à paraître dimanche, 78% des sondés sont favorables à la mise en place par François Hollande d'un tel exécutif.

    "Alors que, paradoxalement, le clivage droite-gauche n'a jamais été aussi électrique", remarque Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop.

    Les Français réclament donc l'union et certaines personnalités pour la réaliser. Interrogés sur les responsables politiques qu'ils souhaiteraient voir entrer au gouvernement, au cas où François Hollande déciderait d'un remaniement, les sondés plébiscitent un nom en particulier : François Bayrou, réclamé par 47% d'entre eux.

    http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Les-Francais-plebiscitent-l-union-nationale-et-Bayrou-604362

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…