Accéder au contenu principal

Emploi-Chômage, les raisons de l’échec de F.Hollande

On n'a pas attendu de connaitre les derniers chiffres du chômage pour estimer que les politiques mises en oeuvre pour soutenir l'économie, pour relancer la création d’emploi, ne sont pas efficaces. Créer de l'activité ça ne se décrète pas, ça se construit, et force est de constater qu'en la matière le gouvernement patine.

Hésitant entre une politique de l'offre de libéralisation des règles du travail et d'interventionnisme de l'état, comme sur les emplois aidés ou la relance par les grands travaux ; contraint par une politique de rigueur budgétaire, les résultats ne sont pas là.

Compétitivité à la limite de l’incompétence.  Du coup, quand François Hollande hésite, les remèdes sont pires que le mal. Un vrai libéral souhaitant baisser le coût du travail aurait réorienté le financement de la protection sociale pour alléger réellement la feuille de paie du salarié. Là ce qui a été choisi, c'est une mesure très mal connue des petites entreprises, les crédits compétitivité, sorte de subvention d'Etat qui ne représente que 4 à 6% du bulletin de paie.

F.Hollande a ici cédé aux sirènes hurlantes du vil libéral qui depuis des décennies klaxonne sur le coût du travail, mais a mis en place une mesurette qui coûte cher (20 milliards) et déjà considérée inefficace. Les premiers retours d’expérience sont affligeants, cet argent public va dans les poches des actionnaires, les entreprises se sont adaptées à cette nouvelle opportunité fiscale.

Divisé sur les règles du travail. Là aussi, force est de constater que François Hollande s'est laissé influencer par le croquemitaine de droite. Comme ces histoires qu'on raconte aux enfants pour leur faire peur et les rendre plus sages, la peur de ne pouvoir licencier un salarié embauché l'a emporté sur la raison politique.

Les accords compétitivité emploi ne permettront pas de créer de l'emploi, quand l'UMP propose encore hier un contrat unique pour unique raison de ne plus permettre de droit particulier, on peut se demander où François Hollande va puiser ses idées pour alimenter sa boite à outil qu'il met tant en avant.
Depuis quand un nouveau contrat de travail ou de nouvelles règles du code du travail permettent-elles de créer de l'emploi ? C'est l'innovation, le génie des hommes, qui le permet, le reste n'est que littérature.

François Hollande n'est pas le seul coupable, l'activité économique dépendant aussi de nos voisins, les pays Européens commencent à réaliser que le calendrier de remboursement des déficits imposé par Bruxelles est un frein pour sortir de la crise. Mais puisque nous sommes en cette première année de quinquennat sous le joug Bruxellois, les contraintes budgétaires mettent encore plus d'importance à l’efficacité des mesures politiques qui se font rares.

Et pendant ce temps le chômage augmente.

Commentaires

  1. Dimanche 28 avril 2013 :

    A propos d'un gouvernement d'union nationale, lisez cet article :

    Les Français plébiscitent l’union nationale… et Bayrou.

    SONDAGE - Les Français sont favorables à la formation d'un gouvernement d'union nationale. Parmi les personnalités qu'ils souhaiteraient voir accéder à l'exécutif, François Bayrou arrive en tête.

    Alors que l'Italie est pilotée depuis samedi soir par un gouvernement d'union nationale, les Français imaginent à leur tour une telle hypothèse.

    Selon le sondage Ifop réalisé pour le JDD à paraître dimanche, 78% des sondés sont favorables à la mise en place par François Hollande d'un tel exécutif.

    "Alors que, paradoxalement, le clivage droite-gauche n'a jamais été aussi électrique", remarque Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop.

    Les Français réclament donc l'union et certaines personnalités pour la réaliser. Interrogés sur les responsables politiques qu'ils souhaiteraient voir entrer au gouvernement, au cas où François Hollande déciderait d'un remaniement, les sondés plébiscitent un nom en particulier : François Bayrou, réclamé par 47% d'entre eux.

    http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Les-Francais-plebiscitent-l-union-nationale-et-Bayrou-604362

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…