Après le lait, nos œufs pas compétitifs ? Conneries !

"Obtenir des outils de régulation et de protection des marchés et des producteurs" : C'est ce que réclame le syndicat minoritaire, la confédération Paysanne, dans l'affaire de destruction des 100 000 œufs/jour.

Et ils ont raison ! Après le lait, les œufs français ne résistent pas à la chute des cours. C'est juste un grand n'importe quoi !
Quatre jours de destruction d’œufs après, les médias s'interrogent, les syndicats répondent, et qu'en pensent nos politiques ?
On apprend dans cette affaire que depuis la mise en application d'une directive européenne bien légitime, qui a consisté à agrandir les cages des poules jugées trop petites jusqu'alors, l'investissement qui en a découlé pour les producteurs met la filière en péril.
Incroyable, on nous prendrait pas pour des cons ? Et bien sûr, la douce musique de la compétitivité semble une fois de plus jouée. Il y aurait 5% d’œufs en trop ! Mais on apprend aussi dans le même temps que nous importons des œufs de Pologne ou d'Italie ? Vous y comprenez quelques chose ? Non c'est bien normal, sans régulation des marchés avec des prix plancher, c'est la compétition des prix à la baisse avec toutes les spéculations possibles.

Tant que nos politiques n'admettront pas qu'il faut mettre "au pas" les puissances financières qui mettent à mal les marchés, nos filières continueront à subir. Alors François Hollande, on fait quoi ?

Commentaires

  1. Ben oui, tant qu'on aura une vision uniquement économique et mercantile de la société, on continuera à marcher sur la tête.

    RépondreSupprimer
  2. Je discutais avec un ami qui est dans le secteur du vin: au niveau agro-alimentaire, les règles sont tellement dures qu'on ne se sert que de jaunes d'oeufs ou de blancs en sachets....T'imagines d'où ils viennent...
    Beau dimanche!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !