mercredi 1 janvier 2014

Vœux 2014 : F.Hollande confirme être un social-libéral.

N'était-ce pas évident hier soir lors de la traditionnelle séance de vœux télévisée ? François Hollande souhaite pour 2014 ce que ses prédécesseurs à droite ont toujours défendu.
En mettant l'accent sur la baisse des charges des entreprises et la baisse des dépenses de l'état, il développe deux thématiques chères aux plus libéraux d'entre nous.

Déjà avec la loi de sécurisation de l'emploi, la majorité de "gauche" avait bien du mal à s'adapter à ce penchant libéral dans les politiques menées sur l'emploi. 
Vous en doutiez encore ? Vous vous en moquez ? François Hollande mène la même politique que celles menées sous la droite, à la différence près qu'il a financé les emplois aidés dès le début de son quinquennat.

F.Hollande nous démontre encore qu'il adhère à l'idéologie libérale qui veut que la création d'emplois dépend de la baisse des charges.
Les charges dont il est question, sont celles qui financent notre protection sociale, retraite, assurance maladie ; ainsi en se privant des recettes, il impose la baisse des dépenses, il s'impose une restriction de l'intervention de l'état.
N'est-ce pas là toute l'idéologie libérale en application sur le thème de l'emploi ? Cela ne serait pas aussi regrettable si nous ne savions par avance que ces orientations n'apportent rien en terme de création d'emplois.

Voilà donc quelques lignes jetées ce 1er Janvier 2014, après une longue absence sur ce blog. Exceptionnellement l'envie y était ce matin, surement motivé par les bonnes résolutions de début d'année. Mais je ne m'y trompe pas, pour quelqu'un de gauche comme moi qui ne se reconnait pas dans les politiques mises en oeuvre par ce président, il m'est difficile d'écrire pour continuellement critiquer.
Lorsque toute la gauche était dans l'opposition, nous pouvions critiquer la droite aux responsabilités et proposer des alternatives. Ici, le débat sur la vraie gauche en opposition à la gauche sociale-libérale ne m’intéresse pas.

Alors, je laisse cet espace connecté, et libre à moi d'y intervenir selon mes aspirations ou mes exaspérations. 
En attendant, je souhaite aux lecteurs, aux quelques blogueurs qui pourraient encore intervenir ici, tous les meilleurs vœux qu'on puisse souhaiter. Une très bonne année à tous.

6 commentaires:

  1. Bon, mettons que FH soit soc-lib, soit. Mais c'est quand même moins grave que d'être un libéral tout court, quand même?!

    Les pesanteurs de tous ordres qui entravent les entreprises en France ont atteint un tel niveau qu'il faut faire quelque chose pour desserrer un peu l'étreinte. Il ne s'agit pas de nous lancer dans une conversion de la société française au libéralisme, il s'agit seulement d'alléger un peu le fardeau financier et de simplifier autant que faire se peut l'environnement administratif des entreprises pour leur permettre de faire face à la crise économique en recréant des emplois.

    Rien de tragique là-dedans. On leur met juste un peu la tête hors de l'eau et dès qu'elle auront repris leur souffle, couic! on leur en remettra une couche. Ne vous inquiétez pas pour ça.

    Quant aux dépenses de l'Etat, n'est-il pas temps de chercher à les réduire puisque la ponction fiscale ne permet plus leur financement sans recourir à un endettement perpétuel qui, plus sûrement encore que le libéralisme, réduit la surface utile de l'Etat providence à peau de chagrin et rend la république plus vulnérable aux marchés financiers, mal absolu de ce début de siècle, dans l'esprit français?

    Au contraire, ne peut-on pas reprocher à FH d'avoir trop attendu?

    A gauche, on voit le libéralisme partout, alors que la France est un vieux pays jacobin et centralisateur: si, effectivement, au sommet, il y a un condominium entre une aristocratie républicaine technocratique et une aristocratie capitaliste entrepreneuriale, l'une et l'autre envoyant leurs rejetons dans les mêmes écoles (publiques en plus) pour assurer leur reproduction, tout en cogérant l'économie en fonction de leurs propres intérêts de classe, il n'y a pas pour autant ce qu'on appelle le libéralisme, qui est tout autre chose.

    Le libéralisme, cette philosophie dangereuse qui se propose d'apprendre aux hommes comment faire usage de leur liberté dans tous les domaines, est - Dieu merci! - perçu comme un mal par une majorité de nos compatriotes.

    Il n'y a pas à redouter qu'ils renoncent à confier leur destin aux deux aristocraties qui nous gouvernent.

    Vous-même, interrogez votre cœur: avez-vous l'intention de cesser d'obéir à l'Etat? Non. Avez-vous l'intention d'aimer l'entreprise et la liberté d'entreprendre? Non plus. Eh bien vous n'êtes pas le seul. La "vraie" gauche est avec vous.

    Il faut juste permettre un bref intermède. Une petite éclipse. Mais n'ayez pas peur: il n'y a pas de libéralisme en France. Le libéralisme, c'est quelque chose qui se fait ailleurs, pas chez nous. Ou alors à petites doses et quand on peut plus faire autrement. En général, parce qu'il y a une contrainte extérieure. C'est l’Europe qui nous l'impose, ou les Etats-Unis.

    Regardez: quand nos jeunes veulent fonder une entreprise, où vont-ils? S'ils en ont la possibilité, ils vont souvent à l'étranger. Ca veut dire que les nouvelles générations ont intégré notre culture jacobine et ont compris qu'ici ils ne peuvent ouvrir qu'une petite baraque à frittes surtaxées et sur-réglementée, alors qu'ailleurs ils ont l'opportunité de devenir KFC en quelques années.

    Non, ne vous mettez pas la rate au court bouillon pour ça et revenez dans la discussion avec les soc-lib, qui sont d'ailleurs de vieux soc-dém juste un peu roublards: faut bien donner l'impression d'être modernes. Mais c'est juste une impression. Fondamentalement, ils restent socialistes.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Socialiste ?! Certainement pas, F.Hollande devient finalement le pire candidat que le PS aura eu à présenter. C'est justement ce parti socialiste qui aura le plus de mal à faire oublier ce quinquennat en perspective de 2017, à travers lui l'électorat qui se sent le plus à gauche.
      Sans polémiquer et comme l'avait fait Jospin avant lui, FH doit assumer que la politique qu'il met en oeuvre n'est pas socialiste. Il rendra service au PS et à son électorat.

      Supprimer
  2. Je partage ton constat. Le Fn se frotte les mains...

    RépondreSupprimer
  3. Je te souhaite une très belle année également, tes écrits me manquent. Moi, je constate une absence totale de direction claire chez Hollande.je suis moins présente également, pas à ton point. Je crois que les thèses buissonniennes ont triomphé, jusqu'au PS. Je crois que la ligne allemande européenne a triomphé également mais un blog est aussi là pour inventer le futur. Voilà, bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Rosa Elle, une très belle année à toi également.

      Supprimer
  4. @DPP

    Le contexte est très favorable pour le FN, municipales, Européennes... des formidables rampes de lancement pour la prochaine présidentielle... C'est flippant.

    RépondreSupprimer

Modérez vos commentaires !